Actusnews Wire - Entreprise française spécialisée dans la diffusion d'information réglementée

  Communiqué de la société LA POSTE du 23/02/2023 - Résultats 2022 du groupe La Poste

  23/02/2023 - 17:20

Résultats 2022 du groupe La Poste


Une activité et des résultats qui résistent dans un contexte très défavorable

Une diversification stratégique qui continue de porter ses fruits

_______________

Performance financière

  • Chiffre d'affaires [1] : 35,39 Md€
    • +2,3% vs 2021
    • -0,3% à périmètre et change constants
  • Résultat d'exploitation [2]:
    • 1,20 Md€, vs 3,43 Md€ en 2021
    • 2,39 Md€ hors éléments non-récurrents significatifs (a), -94 m€ vs 2021
  • Résultat net part du groupe :
    • 1,20 Md€, vs 2,07 Md€ en 2021
    • 1,25 Md€ hors éléments non-récurrents significatifs (b), +119m€ vs 2021
  • Free cash-flow [3] : 1,53 Md€
    • vs 248 m€ au 31/12/2021
    • dont 1,26 Md€ de rattrapage de dividendes sur années antérieures versé par La Banque Postale
  • Capitaux propres part du groupe : 17,55 Md€
    vs 20,93 Md€ au 31/12/2021
  • Dette nette 3: 10,19 Md€
    stable (-42 m€) vs 31/12/2021
  • Dette nette / EBITDA ajusté 3 : 2,8
    vs 3,6 au 31/12/2021
(a) ie hors impacts sur le Rex des dépréciations d'actifs liées aux activités Courrier, Mediapost; DPD Russie et impact net d'autres effets comptables
(b) ie hors impacts sur le RNpg des éléments mentionnés en (a) et reprise des impôts différés liée à la perspective d'entrée de CNP Assurances dans le périmètre d'intégration fiscale du groupe

Faits marquants 2022

  • L'année a été marquée par le déclenchement de la guerre en Ukraine, la hausse des prix de l'énergie, le retour de l'inflation, et la hausse des taux d'intérêt. Dans ce contexte :
    • les volumes de courrier ont poursuivi leur baisse structurelle (-8% vs 2021) ;
    • les volumes de Colissimo sont en baisse marquée de -10% vs 2021, reflétant un fléchissement de la consommation des ménages, renforcé par un effet de base défavorable par rapport au premier semestre 2021 (stimulé par les confinements). Les volumes colis de GeoPost connaissent un léger tassement (-1% vs 2021) dû essentiellement à la baisse de l'activité BtoC. Au total, le groupe a distribué 2,6 milliards de colis en 2022, en léger retrait (-3% vs 2021);
    • l'activité commerciale de La Banque Postale reste bonne avec des encours d'épargne stables et des encours de crédits à la clientèle qui progressent de 8% vs fin 2021.
  •  Des avancées majeures dans toutes les dimensions du plan stratégique :
    • Conforter le socle des activités historiques
      • avec un important effort d'investissement de 500 m€ d'ici à 2025 pour moderniser le réseau de distribution et élargir la présence territoriale du groupe à 40 000 points de service postal[4], en développant les partenariats avec des mairies, des commerçants et en renforçant le réseau des consignes ;
    • Accélérer le développement des moteurs de croissance
      • dans la logistique, avec 600 m€ d'investissement d'ici à 2025 pour doubler le nombre de véhicules électriques et rester leader de la logistique verte en France, et dans la logistique de proximité, sous la marque Log'Issimo, avec une nouvelle offre de solutions sur mesure ciblant les entreprises et les collectivités ;
      • dans l'express, avec l'acquisition de CitySprint (100%), spécialiste des livraisons le jour même au Royaume-Uni et la montée au capital d'Aramex (+3%, soit une participation de 28%) par GeoPost ;
      • dans l'e-commerce, avec l'acquisition par eShopWorld (filiale à 100% d'Asendia), de la plateforme Scalefast, start-up de solutions e-commerce globales et dans l'e-commerce alimentaire, avec l'acquisition de Pourdebon.com (100%), afin de développer des synergies avec Chronofresh ;
      • en logistique spécialisée, dans le transport de produits encombrants avec l'acquisition de C Chez Vous (95%) par GeoPost, et dans le transport sous température contrôlée avec l'acquisition de Cool Runnings Transport BV (100%) par DPD Pays-Bas ;
      • dans la bancassurance :
        • avec la finalisation de la montée au capital de CNP Assurances par La Banque Postale (100%) à la fin du premier semestre 2022 et la prolongation des partenariats en gestion d'actifs avec BPCE jusqu'à fin 2030 ; le lancement opérationnel en janvier 2022 de la nouvelle BFI (banque de financement et d'investissement citoyenne) ; le développement du pôle banque patrimoniale avec Louvre Banque Privée (anciennement BPE),
        • par la poursuite du développement de CNP Assurances à l'international via l'acquisition des activités d'assurance-vie d'Aviva en Italie qui devient ainsi son deuxième marché et l'acquisition (pour atteindre 100%) de 5 sociétés au Brésil [5] ;
  • Construire la croissance de demain
    • dans les services de cloud souverain et de confiance, en octobre, impulsion par Docaposte, en tant que chef de file d'un consortium 100% français[6], d'une alliance afin de créer la société Numspot, visant le marché européen ;
    • avec l'acquisition de Happytal (86%) pour construire au sein du pôle Santé & Autonomie une plateforme d'accompagnement des séjours à l'hôpital ;
    • avec un important effort d'investissement de 300 m€ d'ici à 2025 pour accélérer la transformation digitale du réseau des bureaux de poste et le développement de l'expérience omnicanale (visio-conférence, signature électronique…) et des services en ligne (nouveaux services numériques) ;
  • Un groupe engagé
    • Maintien au 1er rang mondial tous secteurs confondus par Moody's ESG Solutions, au niveau Platine par EcoVadis[7] et sur la prestigieuse « Liste A » de CDP[8] pour son engagement climat ;
    • Succès de l'émission inaugurale de l'obligation durable (Sustainable Bond) de 1,2 Md€ de La Poste ;
    • GeoPost accélère ses efforts dans la lutte contre le changement climatique et vient d'obtenir la première validation pour une entreprise logistique de sa trajectoire « zéro émission nette » à 2040 par l'initiative SBTi [9], soumise en juillet 2022 ;
    • Adoption de la qualité d'entreprise à mission par La Banque Postale en février 2022 ;
  • Une notation financière inchangée à l'exception de la perspective S&P Global Ratings qui passe de stable à négative, conséquence de la dégradation de la note souveraine de la France en décembre.

Le Conseil d'administration de La Poste, réuni ce jour sous la présidence de Philippe Wahl, a arrêté les états financiers consolidés du groupe pour 2022.

 « L'activité et les résultats ont fait preuve de résistance en 2022 . Le groupe La Poste a vu son chiffre d'affaires progresser à plus de 35 milliards d'euros et présente des résultats solides [10] par rapport à 2021, dans un contexte difficile, marqué par la guerre en Ukraine, la hausse des prix des énergies, le retour de l'inflation et la hausse des taux d'intérêts.

Ces résultats reflètent la solidité du modèle multi-métier de notre groupe, la pertinence de son plan stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous » et le soutien de nos actionnaires, la Caisse des Dépôts et l'Etat.

Ces résultats qui sont le fruit de l'engagement quotidien et de l'efficacité des postières et des postiers permettront d'attribuer à chacun une prime d'intéressement substantielle.

Au cours de cette année 2022, La Poste a poursuivi ses missions au service du plus grand nombre et sa stratégie de développement et de diversification.

Comme en 2021, le colis et l'express représentent plus de la moitié du chiffre d'affaires du groupe La Poste. Les volumes du courrier ont continué de diminuer et La Poste a annoncé en juillet 2022 une nouvelle gamme courrier mise en place depuis janvier dernier. La Poste a, en 2022, décidé d'investir 800 millions d'euros d'ici 2025 dans la modernisation de son réseau de distribution omnicanal, l'élargissement de sa présence territoriale et l'accélération de sa transformation digitale. Les services numériques de confiance continuent leur progression (le chiffre d'affaires de Docaposte s'élève à 826 [11] millions d'euros, en croissance de 8,9% par rapport à 2021). Dans ce domaine, le projet de cloud souverain Numspot que nous avons lancé fin 2022 avec la Caisse des Dépôts, Dassault Systèmes et Bouygues Telecom marque une avancée décisive en matière de sécurité numérique européenne. Enfin, à l'issue du premier semestre, La Banque Postale est devenue actionnaire à 100% de CNP Assurances et s'est donc renforcée en tant que bancassureur de premier plan.

Premier opérateur postal neutre en carbone, le groupe La Poste a confirmé son engagement dans la lutte contre le changement climatique. Il a actualisé son objectif de baisse de ses émissions de CO2 à horizon 2030 (soit -42% entre 2020 et 2030) et s'est engagé à atteindre le « zéro émission nette » dès 2040. Après La Banque Postale en 2021, GeoPost a vu début 2023 sa trajectoire de réduction d'émissions validée par le SBTi. En matière de logistique, La Poste investit 600 millions d'euros d'ici 2025 pour doubler le nombre de ses véhicules électriques et décarboner le transport moyenne et longue distance. La Banque Postale a été la première banque en Europe à s'engager à sortir du financement des industries du charbon, du pétrole et du gaz à horizon 2030. La Banque Postale a adopté la qualité d'entreprise à mission en février 2022 comme La Poste, un an auparavant.

Le groupe La Poste est déterminé à poursuivre sa route de développement et à assurer pleinement son rôle d'entreprise à mission. »

Informations financières résumées au 31 décembre 2022

  31/12/2022 31/12/2021 Variation Evolution à périmètre et change constants
      vs n-1 vs n-1
  en m€ en m€ en m€ en % en m€ en %
Performance opérationnelle            
Chiffre d'affaires 35 392 34 609 +783 +2,3 -118 -0,3
Résultat d'exploitation (a) 1 197 3 431 -2 235 -65,1 -2 396 -68,8
Résultat d'exploitation
hors éléments non-récurrents significatifs (b)
2 392 2 486 -94 -3,8 - -
Résultat financier -207 -202 -5 +2,4 -3 +1,4
Impôt sur le résultat 605 -620 +1 225 n.s. +1 274 n.s.
Résultat net part du groupe 1 203 2 069 -866 -41,9 -1 267 -61,6
RN part du groupe
hors éléments non-récurrents significatifs (c)
1 250 1 131 +119 +10,5 - -
Free cash-flow 1 530 248 +1 282 n.s. - -

( a)après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint

(b) ie hors impacts sur le Rex des dépréciations d'actifs liées aux activités Courrier, Mediapost; DPD Russie et impact net d'autres effets comptables

 (c) ie hors impacts sur le RNpg des éléments mentionnés en (a) et reprise des impôts différés liée à la perspective d'entrée de CNP Assurances dans le périmètre d'intégration fiscale du groupe

  31/12/2022 31/12/2021 Variation
      vs n-1
  en m€ en m€ en m€ en %
Structure financière
Dette nette (DN) 10 191 10 233 -42 -0,4
Capitaux propres part du groupe 17 546 20 932 -3 386 -16,2
DN / EBITDA ajusté 2,8 3,6    
Ratios clés de La Banque Postale et CNP Assurances
 Ratio CET1 (d) 14,7% 19,1% -4,4 pts  
Ratio NSFR (d) 129% 143% -14 pts  
Liquidity Coverage Ratio (d) 147% 186% -40 pts  
Taux de couverture du SCR (d) 230% 217% +13 pts  

(d)définitions présentées en annexe du présent communiqué de presse.

Chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires du groupe s'établit à 35 392 millions d'euros, en hausse de 2,3% par rapport au 31 décembre 2021, notamment grâce à l'intégration de nouvelles entités.

L'effet périmètre s'élève à +591 millions d'euros, essentiellement réparti entre GeoPost (+316 millions d'euros liés aux acquisitions de CitySprint, Scalefast, TIPSA, Speedy, et à la sortie de Tigers) et La Banque Postale (+176 millions d'euros, principalement liés à l'intégration des activités d'assurance-vie d'Aviva). L'effet change est favorable, à +309 millions d'euros (dont +144 millions sur le réal brésilien, +46 millions d'euros sur le rouble, +38 millions d'euros sur le dollar US et +36 millions d'euros sur le dollar Hong-Kong). Retraité de ces effets, le chiffre d'affaires est en léger repli organique de -118 millions d'euros (-0,3% par rapport à 2021).

Cette évolution résulte de dynamiques contrastées au niveau des branches (cf « Analyse détaillée par activité »).

Résultat d'exploitation

Le résultat d'exploitation du groupe s'établit à 1 197 millions d'euros, en repli de -2 235 millions d'euros. Hors effets périmètre (+107 millions d'euros, principalement liés à l'intégration d'Aviva et de Citysprint) et change (+54 millions d'euros essentiellement sur le réal brésilien), le résultat d'exploitation enregistre un repli organique de -2 396 millions d'euros.

Des éléments non-récurrents ont un impact significatif sur la variation du résultat d'exploitation :

  • en 2021, la reprise de dépréciation des actifs Courrier (+900 millions d'euros) et l'impact d'autres effets comptables (+45 millions d'euros),
  • en 2022, la dépréciation des actifs Courrier de -940 millions d'euros, liée à la baisse des perspectives de résultat d'exploitation de l'activité dans un contexte macro-économique adverse, une dépréciation des actifs de Mediapost (-80 millions d'euros) suite au ralentissement de l'activité d'imprimés publicitaires, une dépréciation des actifs de DPD Russie (-149 millions d'euros) due à la décision de GeoPost de se retirer du marché russe, et l'impact net d'autres effets comptables (-27 millions d'euros).

Retraité des éléments non-récurrents significatifs 2022, le résultat d'exploitation du groupe s'élève à 2 392 millions d'euros, soit -94 millions d'euros par rapport à 2021 retraité. (cf « Analyse détaillée par activité »).

Résultat net part du groupe

Le résultat net part du groupe atteint 1 203 millions d'euros, en baisse de -866 millions d'euros par rapport à fin 2021, et de -1 267 millions d'euros après retraitement des effets de périmètre et change de +400 millions d'euros.

La principale composante de cette évolution est portée par le résultat d'exploitation. La charge globale de -207 millions d'euros que représente le résultat financier est stable (+1,4% en organique). La variation organique de l'impôt sur le résultat (+1 274 millions d'euros) résulte essentiellement de la reprise d'impôts différés actifs (+903 millions d'euros) permise par la future intégration de CNP Assurances dans le périmètre d'intégration fiscale du groupe suite à la montée à 100% de La Banque Postale à son capital.

Un ensemble d'éléments non-récurrents affecte de façon significative la variation du résultat net part du groupe :

  • en 2021, la reprise de dépréciation des actifs Courrier (+900 millions d'euros) et l'impact net d'autres effets comptables (+38 millions d'euros),
  • en 2022, la dépréciation des actifs Courrier de -702 millions d'euros, une dépréciation des actifs de Mediapost (-80 millions d'euros), une dépréciation des actifs de DPD Russie (-149 millions d'euros, et l'impact net d'autres effets comptables (-20 millions d'euros) et la reprise des impôts différés actifs cités plus haut (+903 millions d'euros).

Retraité des éléments non-récurrents significatifs 2022, le résultat net part du groupe s'établit à 1 250 millions d'euros, soit +119 millions d'euros par rapport à 2021 retraité.

Free cash-flow

Le free cash-flow à fin décembre 2022 s'élève à +1 530 millions d'euros (vs +248 millions d'euros à fin décembre 2021) sous l'effet pour l'essentiel du versement d'un dividende de rattrapage sur les années antérieures par La Banque Postale (+1 256 millions d'euros), suite à la levée des contraintes issues de la recommandation imposée par la Banque centrale européenne pendant la crise sanitaire.

Investissements et croissance externe

Le groupe (hors La Banque Postale) a procédé à 2,1 milliards d'euros d'investissements en 2022 (soit -24,4% par rapport à 2021), regroupant :

  • les investissements internes[12], à hauteur de 1,2 milliard d'euros (vs 1,3 Md€ au 31/12/2021, soit -6,5%),
  • la croissance externe[13], s'élevant à 0,9 milliard d'euros (vs 1,4 Md€ au 31/12/2021, soit -40,5%).

Les investissements internes de La Banque Postale s'élèvent par ailleurs à 487 millions d'euros en 2022 (vs 446 millions d'euros en 2021).

Dette nette [14] et structure financière

La dette nette s'élève à 10 191 millions d'euros au 31 décembre 2022 (dont 3 869 millions d'euros de passifs de location), quasi stable par rapport à fin 2021 (-42 millions d'euros). Son évolution est fortement corrélée au free cash-flow généré (+1 530 millions d'euros), au flux net de financement de la croissance externe (-862 millions d'euros) et à la variation des dettes de location financement (-109 millions d'euros, dont la majeure partie provient de la croissance externe).

Les capitaux propres part du groupe s'élèvent à 17 546 millions d'euros. Ils diminuent de -3 386 millions d'euros par rapport à fin 2021, sous l'effet principalement des variations des plus ou moins-values latentes sur instruments financiers de CNP Assurances.

En conséquence, le ratio dette nette/capitaux propres s'établit à 58,1%, vs 48,9% à fin 2021.

Les notations financière et extra-financière du groupe La Poste sont les suivantes à la fin 2022 :

  Notation long et court terme Perspective Dernière révision
Standard & Poor's A+ / A-1 Négative 07/12/2022
Fitch Ratings A+ / F1+ Stable 05/12/2022

 

  Notation extra-financière Date de mise à jour
Moody's ESG Solutions N°1 dans le monde tous secteurs confondus
77/100
octobre 2022
CDP Leadership transport intermodal & logistique
Liste A CDP Climate Change Top 1%
décembre 2022
Ecovadis Platine en tant que fournisseur Top 1%
78/100
octobre 2022

Analyse détaillée par activité

Les contributions des branches au chiffre d'affaires et au résultat d'exploitation du groupe résultent d'évolutions contrastées des activités et s'analysent comme suit :

      Variations
  31/12/2022 31/12/2021 vs n-1 vs n-1 à périmètre
et change constants
  en m€ en m€ en m€ en % en m€ en %
Analyse du chiffre d'affaires            
Services – Courrier – Colis 10 201 10 620 -419 -3,9 -474 -4,5
GeoPost 15 573 14 701 +872 +5,9 +360 +2,4
La Banque Postale 8 320 8 017 +303 +3,8 +14 +0,2
Grand Public et Numérique 6 576 6 723 -146 -2,2 -178 -2,6
Autres secteurs et intercos -5 278 -5 452 +173 -3,2 +160 -2,9
Chiffre d'affaires 35 392 34 609 +783 +2,3 -118 -0,3
Analyse du résultat d'exploitation            
Services – Courrier – Colis -767 1 246 -2 013 n.s. -2 012 n.s.
GeoPost 654 1 057 -403 -38,1 -419 -39,3
La Banque Postale 1 841 1 642 +198 +12,1 +58 +3,4
Grand Public et Numérique 199 155 +43 +27,8 +38 +24,7
Autres secteurs et intercos -729 -669 -60 -9,0 -61 -9,2
Résultat d'exploitation 1 197 3 431 -2 235 -65,1 -2 396 -68,8
Résultat d'exploitation
hors éléments non-récurrents significatifs (a)
2 392 2 486 -94 -3,8 - -

(a) ie hors impacts sur le Rex des dépréciations d'actifs liées aux activités Courrier, Mediapost; DPD Russie et impact net d'autres effets comptables

Services-Courrier-Colis

Le chiffre d'affaires de la branche s'établit à 10 201 millions d'euros, en repli de -419 millions d'euros par rapport à 2021, soit -3,9%. Hors effets périmètre (+55 millions d'euros, notamment dus à l'intégration de Cybercité et TimeOne), sa décroissance organique s'établit à -4,5%.

  • Le chiffre d'affaires du Courrier Entreprise s'élève à 7 057 millions d'euros, en repli organique de -292 millions d'euros, soit -4,0%. Cette évolution résulte de la baisse des volumes de -6,5% à jours ouvrés équivalents, partiellement compensée par l'augmentation tarifaire intervenue au 1er janvier 2022, de +3,3% en moyenne[15]. Par ailleurs, le déficit du service universel postal est atténué grâce à la dotation de l'Etat, dont la part attribuable à la branche s'élève à 303 millions d'euros[16]. Les activités internationales sont en repli de -55 millions d'euros du fait de la baisse du trafic e-PAQ[17] (soit -31%), impactées notamment par la mise en œuvre de la directive Douanes 2021 et une modification des comportements de consommation.
    • L'activité Colis Entreprise génère un chiffre d'affaires de 2 124 millions d'euros, en repli organique de -128 millions d'euros, soit -5,7%, traduisant un recul des volumes de colis de -9,8% à jours ouvrés équivalents. Après une forte croissance du e-commerce jusqu'à la fin du premier semestre 2021 (générant un effet de base défavorable), 2022 est marquée par les premiers effets du retour de l'inflation pesant sur la consommation des ménages. En 2022, la branche a commercialisé 409 millions de Colissimo [18].
    • Le chiffre d'affaires des filiales s'établit à 1 019 millions d'euros, en baisse organique de -54 millions d'euros, soit –5,3% après retraitement des effets périmètre explicités plus haut ; cette baisse résulte notamment des évolutions organiques suivantes :
      • une stabilité des activités du pôle Mediapost (-3 millions d'euros) malgré le repli sur la distribution d'imprimés publicitaires (-23 millions d'euros),
      • une décroissance de -58 millions d'euros (soit -24,7%) du chiffre d'affaires du pôle Nouveaux Services, notamment sous l'effet du repli conjoncturel des ventes de certificats d'économie d'énergie par EDE[19],
      • une croissance organique de +6 millions d'euros (+3,1%) du chiffre d'affaires du pôle Santé & Autonomie, dans un contexte de marché défavorable sur les tarifs de prestations de santé à domicile.

Au total, les activités des Nouveaux services de proximité humaine représentent un chiffre d'affaires de 709 millions d‘euros en 2022 [20], (soit +3,7%), pénalisé par la baisse conjoncturelle d'activité d'EDE.

Le résultat d'exploitation de la branche s'établit à -767 millions d'euros, en forte baisse de -2 013 millions d'euros (les effets périmètre et change étant non significatifs). Des éléments non-récurrents significatifs ont fortement affecté le niveau du résultat : la reprise de dépréciation des actifs Courrier en 2021 (+900 millions d'euros), la dépréciation de ces mêmes actifs en 2022 (-940 millions d'euros) due en majeure partie à l'inflation, et la dépréciation d'actifs de Mediapost (-80 millions d'euros).

Retraité de ces éléments, le résultat d'exploitation de la branche s'établit à +253 millions d'euros (en repli de -93 millions d'euros). Les effets de l'inflation se sont fait sentir dès le début de l'année mais ont été majoritairement compensés par les efforts d'optimisation de coûts menés qui ont permis de contenir la baisse des résultats d'exploitation du Courrier et du Colis à -27 millions d'euros et -19 millions d'euros respectivement.

Le résultat d'exploitation des filiales diminue en organique de -125 millions d'euros.

Les investissements de la branche s'élèvent à 200 millions d'euros (en baisse de -49 m€ vs 31 décembre 2021) principalement dédiés à la poursuite du développement du schéma directeur industriel et informatique du Colis.

GeoPost

Le chiffre d'affaires de la branche atteint 15 573 millions d'euros, en croissance de +872 millions d'euros, soit +5,9%. Hors effets périmètre (+316 millions d'euros résultant principalement de l'intégration de CitySprint, TIPSA et Speedy et de la cession de Tigers) et change (+196 millions d'euros, dont notamment +46 millions d'euros sur le rouble, +38 millions d'euros sur le dollar US et +36 millions d'euros sur le dollar HK), la progression organique s'élève à +360 millions d'euros, soit +2,4%, et s'analyse de la façon suivante :

  • Le chiffre d'affaires de l'Express s'établit à 13 032 millions d'euros, en légère croissance organique de +196 millions d'euros, soit +1,6%, portée par les hausses tarifaires et surcharges fuel visant à contenir les surcoûts liés à l'inflation, malgré le léger tassement organique des volumes en 2022 (-3%), avec 2,1 milliards de colis livrés sur la période. Cette évolution est due au ralentissement de l'activité BtoC, dû à un effet de base défavorable lié aux confinements du premier semestre 2021 ainsi qu'aux premiers effets du contexte macroéconomique adverse en 2022 sur la consommation.

Les évolutions des principaux pays dans lesquels opère GeoPost sont les suivantes (en organique) : Royaume-Uni (-3,7%), Allemagne (-1,8%), France[21] (+3,1%) et Italie (+6,1%).

  • Asendia génère un chiffre d'affaires de 2 510 millions d'euros, en progression organique de +155 millions d'euros, soit +6,9%, tirée par les bonnes performances de sa filiale eShopWorld, qui compense le repli de l'activité logistique.

Le résultat d'exploitation de la branche s'élève à 654 millions d'euros, en repli organique de -419 millions d'euros, soit -39,3%, après retraitement d'effets périmètre et change peu significatifs (+16 millions d'euros). Ce repli est principalement lié au léger tassement des volumes d'express traités, reflétant les premiers impacts de la baisse du pouvoir d'achat dans un contexte inflationniste, renforcés par un effet de base négatif lié au pic de trafic du premier semestre 2021 et à la dépréciation des actifs de DPD Russie (-149 millions d'euros).

Les investissements de la branche s'élèvent à 473 millions d'euros (en baisse de -89 m€ vs fin décembre 2021). Les projets se concentrent sur le développement de l'express et de la capacité de traitement des livraisons (construction de dépôts, élargissement du réseau de distribution et développement de nouveaux services).

La Banque Postale

Le Produit Net Bancaire (PNB) atteint 8 320 millions d'euros, en hausse de +303 millions d'euros, soit +3,8%, dans un contexte de remontée rapide des taux. Hors effets périmètre (+176 millions d'euros liés à l'intégration des activités d'Aviva) et change (+113 millions d'euros), le PNB des métiers enregistre une croissance organique de +400 millions d'euros, dont l'évolution s'analyse comme suit :

  • Le PNB du pôle Bancassurance France (70% du PNB des métiers) s'élève à 6 614 millions d'euros, en hausse de +395 millions d'euros à périmètre constant. L'activité commerciale est dynamique avec des encours de crédits qui progressent de +8,0% (dont des encours de crédits immobiliers en hausse de +8,0% et des encours de crédits à la consommation de +7,1%). Les encours du livret A, dont le taux est passé de 0,5%, à 1,0%, puis à 2,0% en 2022[22], sont en hausse de 3,8%. En assurance-vie, l'activité commerciale est en repli, avec une collecte brute en retrait de -5,2%, essentiellement due au recul de la collecte brute de l'épargne/retraite en euros, et malgré la bonne performance de la collecte brute en unités de comptes, dont le taux progresse de 2,1 points.
  • Le PNB du pôle Bancassurance International (18% du PNB des métiers) s'élève à 1 684 millions d'euros, en hausse de +149 millions d'euros à périmètre et change constants, porté notamment par l'intégration de la filiale italienne CNP Vita Assicura S.p.A (CVA) en Europe, l'effet volume en épargne / retraite en Amérique Latine et une amélioration de la sinistralité sur l'assurance emprunteur sur le crédit à la consommation au Brésil.
  • Le PNB du pôle Banque de Financement et d'Investissement (10% du PNB des métiers) s'élève à 915 millions d'euros, en repli organique de -151 millions d'euros, sous l'effet du tassement des marges dû à la hausse des taux et l'impact du taux d'usure sur les marges de la clientèle du Secteur Public Local.
  • Le PNB du pôle Banque Patrimoniale et Gestion d'Actifs (3% du PNB des métiers) s'élève à 303 millions d'euros, en hausse de +7 millions d'euros, tiré par la forte dynamique sur la diversification de l'épargne patrimoniale et la génération d'une collecte nette positive de l'activité de gestion d'actifs dans un contexte de marché défavorable.

Le Hors Pôles reprend les éléments comptables non directement liés aux métiers[23].

La contribution de La Banque Postale au résultat d'exploitation du groupe s'élève à 1 841 millions d'euros, en hausse de +198 millions d'euros (+12,1%). Après retraitement des effets périmètre (+98 millions d'euros) et change (+43 millions d'euros), la croissance organique est de +58 millions d'euros (+3,4%).

Les frais de gestion sont en hausse de +83 millions d'euros en lien avec le développement des activités bancaires (nouvelle identité, digitalisation, investissements), le lancement de Louvre Banque Privée et le développement de CNP Assurances à l'international.

Le coefficient d'exploitation s'élève à 77,5% à fin décembre 2022 (en baisse de -0,6 point vs fin 2021). Le coefficient d'exploitation des métiers ressort quant à lui à 66,0% hors effets périmètre et change (en baisse de -4,2 points vs 2021). Le coût du risque s'élève à 216 millions d'euros, en baisse de -52 millions d'euros comparé à fin décembre 2021. Rapporté aux encours de crédit, il se situe à un niveau bas de 16 points de base[24].

Grand Public et Numérique

Le chiffre d'affaires de la branche s'établit à 6 576 millions d'euros, en léger retrait de -146 millions d'euros, soit -2,2%. Après retraitement des effets périmètre (+31 millions d'euros concernant principalement l'intégration de Trust & Sign), la décroissance organique s'inscrit à -178 millions d'euros, soit -2,6%.

Le chiffre d'affaires du pôle activités commerciales baisse de -195 millions d'euros en organique (soit -5,5%), ce qui résulte essentiellement de :

- la baisse organique des activités Grand Public Courrier-Colis de -219 millions d'euros consécutive à la baisse des volumes de courrier (-12%) et au repli des volumes de colis (-11%) lié à un effet de base défavorable par rapport au premier semestre 2021 et au contexte de baisse de la consommation en 2022,

- la progression organique des activités Numérique[25] de +20 millions d'euros, tirée essentiellement par celle de Docaposte (+39 millions d'euros), grâce au développement des activités de confiance et de service numériques; à l'inverse, LP11 (filiale dédiée aux activités d'IA et de data) enregistre une décroissance organique (-20 millions d'euros), essentiellement liée à la perte de clients dans le secteur de l'e-commerce.

La branche génère un résultat d'exploitation de 199 millions d'euros, en hausse organique de +38 millions d'euros, soit +24,7% (après retraitement des effets périmètre et change de +5 millions d'euros), qui s'explique principalement par les baisses des charges du réseau. Ce résultat intègre une part de la dotation versée par l'Etat au titre de la compensation du service universel postal, à hauteur de 174 millions d'euros, et une dépréciation d'actifs numériques de -31 millions d'euros.

Les investissements de la branche s'élèvent à 117 millions d'euros (en hausse de +15 millions d'euros vs 31 décembre 2021) principalement alloués à la poursuite de la digitalisation du groupe en France.

Autres secteurs

Les autres secteurs et intercos comprennent :

- les activités de La Poste Immobilier, dont le chiffre d'affaires progresse de +4,5%, essentiellement grâce à l'acquisition de Multiburo et au développement de l'activité de promotion immobilière, et dont le résultat d'exploitation baisse de -28,1% suite aux cessions ayant eu lieu en 2021 ;

- le secteur « supports et structures » (coûts du siège, des directions et des services mutualisés et de la gestion de la flotte de véhicules notamment) dont le chiffre d'affaires, résultant de la facturation aux branches des prestations fournies et des frais de siège, est stable (-1,8%), ainsi que son résultat d'exploitation (-1,6%), reflétant une baisse des charges malgré la poursuite de la transformation numérique du groupe ;

- enfin, le « non affecté », comprenant notamment une partie des coûts des missions de service universel postal et d'aménagement du territoire, les charges liées aux dispositifs de fin de carrière transverses au groupe, ainsi qu'une part de la dotation versée au titre de la compensation du service universel postal, augmente de 36 millions d'euros, pour l'essentiel du fait de la hausse du coût net de la présence territoriale.

Perspectives

Les perspectives de croissance économique mondiale devraient marquer le pas en 2023 sous l'effet de l'inflation, de la hausse des taux d'intérêt, de la diminution des investissements et des perturbations causées par la guerre en Ukraine. La Banque mondiale anticipe un ralentissement marqué de la croissance de l'économie mondiale (+1,7% en 2023[26]). En zone euro, la croissance anticipée devrait être nulle26 ou de l'ordre de +0,5%[27].

Dans ce contexte, le groupe va poursuivre le déploiement de son plan stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous » afin de réussir sa transformation vers un modèle économique pérenne :

  • conforter le socle des activités historiques grâce au lancement de la nouvelle gamme Courrier au 1er janvier 2023 permettant d'optimiser son organisation industrielle et de réduire de 25 % ses émissions de CO2 et en continuant à investir dans son réseau de bureaux de poste ;
  • accélérer le développement des moteurs de croissance. D'une part en confortant sa position de numéro 1 du colis décarboné en Europe. D'autre part en poursuivant la dynamique de croissance et de diversification de La Banque Postale comme bancassureur européen de premier plan, leader de la finance à impact ; 
  • construire la croissance de demain dans les services de confiance numérique avec l'accélération du développement des activités de Docaposte et le lancement opérationnel du cloud souverain Numspot. Dans les services de proximité humaine avec le développement de nouvelles prestations autour du lien social et de « l'aller vers », grâce au savoir-faire de proximité des factrices et des facteurs.

En 2023, La Poste va poursuivre sa transformation au service de tous. La Poste est un groupe engagé qui contribue aux mouvements du monde et apporte des réponses aux besoins de la société dans toutes les transitions qu'elle connait, écologiques, numériques, territoriales et démographiques.

Annexe

Définition des indicateurs alternatifs de performance

L'EBITDA ajusté est composé des produits opérationnels du périmètre hors La Banque Postale (LBP), desquels sont soustraites les charges de fonctionnement et charges de personnel, hors dotations aux dispositifs de fin de carrière, de ce même périmètre hors La Banque Postale, complété par les dividendes reçus des sociétés mises en équivalence et de
LBP au cours de la période, au titre des résultats de l'année précédente.

L'évolution à périmètre et change constants (évolution organique) résulte de la différence entre le résultat obtenu au cours de la période et celui d'une période comparative, après retraitement de l'incidence des acquisitions et cessions survenues entre temps sur chacune des périodes. Les périodes comparées sont ainsi retraitées à périmètres de consolidation identiques. Les transactions en devises de la période comparative ont été valorisées au taux moyen de la période de référence.

Le free cash-flow est constitué des éléments suivants : (i) EBITDA ajusté, (ii) variation du besoin en fonds de roulement, (iii) flux de trésorerie sur achats d'actifs corporels et incorporels nets des cessions d'actifs correspondantes, (iv) flux de trésorerie liés aux impôts, (v) intérêts financiers nets versés, (vi) remboursements des passifs de location et charges d'intérêts sur passifs de location. Chacun des agrégats du free cash-flow est additionné pour sa valeur en termes de flux de trésorerie (positif pour les entrées de cash et négatif pour les sorties de cash).

La dette nette comprend l'ensemble des dettes financières courantes et non courantes diminué de la trésorerie et des équivalents de trésorerie, ainsi que des instruments dérivés liés au financement du groupe. Elle comprend également la dette financière née de l'application de la norme IFRS 16 portant sur les contrats de location, les placements financiers court-terme sans risque de changement de valeur significatif mais dont l'échéance à la date de souscription est supérieure à trois mois à l'origine et la créance financière nette envers LBP.

La dette nette du groupe ne prend pas en compte LBP pour laquelle ce concept n'est pas pertinent.

Le ratio dette nette/capitaux propres est obtenu en rapportant la dette nette aux capitaux propres part du groupe.

Ratios calculés uniquement pour La Banque Postale

Le coefficient d'exploitation se calcule en divisant les frais de gestion par le produit net bancaire corrigé des intérêts douteux. Les frais de gestion représentent la somme des charges générales d'exploitation et des dotations nettes aux amortissements et dépréciations des immobilisations corporelles et incorporelles.

Le ratio Common Equity Tier 1 est le fruit du calcul des Fonds propres de base de catégorie 1 (CET 1) rapportés au montant total d'exposition au risque (i.e. au total des actifs pondérés par les risques – RWA – au titre du risque de crédit et de contrepartie, risque de marché et risque opérationnel). Il constitue la référence permettant au superviseur d'apprécier la solvabilité d'un établissement bancaire.

Le ratio Liquidity Coverage Ratio (LCR) est un ratio mensuel de liquidité à court terme qui mesure la capacité de la banque à résister pendant 30 jours à une dégradation sévère de sa situation dans un contexte de choc systémique. En cible, il doit être supérieur à 100%. Ce ratio est calculé en divisant la somme des actifs liquides de qualité et libres de tout engagement par le besoin de liquidités sous stress à horizon de 30 jours.

NSFR[28] : Montant du financement stable disponible rapporté au montant du financement stable exigé. Ce ratio devrait en permanence être au moins égal à 100%.

Ratio calculé uniquement pour CNP Assurances

Le taux de couverture du SCR se calcule en divisant les fonds propres éligibles à la couverture du SCR par le SCR. Il permet de mesurer la solvabilité pondérée par les risques : plus le taux de couverture du SCR est élevé, plus l'assureur est en mesure d'absorber des pertes potentielles.

_____________________________

Les comptes consolidés du groupe La Poste sont mis en ligne ce jour sur le site https://www.lapostegroupe.com/fr/investisseurs/hub-espace-investisseurs.

Les résultats annuels 2022 ont été arrêtés par le conseil d'administration du 23 février 2023. Les procédures d'audit des commissaires aux comptes sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis prochainement.

RELATIONS PRESSE

Virginie Gueidier

virginie.gueidier@laposte.fr

COMMUNICATION FINANCIERE ET RELATIONS INVESTISSEURS

Olivier Gall

olivier.gall@laposte.fr

Annie Dupeyron

annie.dupeyron@laposte.fr

Stéphane Dalla Sartora

stephane.dalla-sartora@laposte.fr


[1] Dans l'ensemble du communiqué de presse, le chiffre d'affaires désigne l'ensemble des produits opérationnels du groupe, agrégeant le chiffre d'affaires des activités industrielles et commerciales et le produit net bancaire de La Banque Postale (intégrant lui-même le produit net des activités de CNP Assurances).

[2] Les résultats d'exploitation (groupe et branches) sont présentés après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

[3] Définition présentée en annexe du communiqué de presse.

[4] A ce jour, le réseau comporte 35 500 points de contact postal (dont points de contacts physiques - bureaux de poste ou partenariats- et autres points d'accès - espaces pros, relais Pick up, consignes).

[5] Acquisition des 48,25% détenus par Caixa Seguridade dans 4 entités de CNP Seguros Holding Brasil et des 24,61% détenus par Caixa Seguridade dans CNP Capitalizaçao SA (opération finalisée fin janvier 2023).

[6] La Banque des Territoires, Dassault Systèmes et Bouygues Telecom

[7]Platine en tant que fournisseur Top 1%, Score : 78/100 (octobre 2022)

[8]Seulement 284 entreprises ont obtenu cette note sur près de 20 000 entreprises évaluées dans le monde.

[9]Organisme indépendant de référence piloté par quatre organisations internationales

[10]Hors éléments non-récurrents significatifs, cf analyse disponible dans le présent communiqué de presse.

[11] Aux bornes du groupe, le chiffre d'affaires de Docaposte s'élève à 764 millions d'euros.

[12] Achats d'actifs corporels et incorporels (cf détail par branche au paragraphe « Analyse par activités »)

[13] i.e. solde net des flux liés à la croissance externe et aux actifs financiers

[14] Hors Banque Postale pour laquelle ce concept n'est pas pertinent

[15] Sur la base du chiffre d'affaires donnant lieu à trafic.

[16] La dotation au titre de la compensation du service universel postal pour 2022 s'élève à 520 m€, répartie entre les branches Services-Courrier-Colis, Grand Public et Numérique et Autres.

[17] Appelés précédemment « petits paquets imports »

[18] Aux bornes du groupe (branches Services-Courrier-Colis et Grand Public et Numérique) le nombre de Colissimo distribués s'élève à 453 millions, en repli de -10,3%.

[19] Plateforme d'intermédiation dédiée à l'accompagnement des ménages dans leurs démarches de rénovation thermique résidentielle

[20] Dont 51 millions d'euros pilotés par la branche Grand Public et Numérique.

[21] Evolution organique des chiffres d'affaires cumulés de Chronopost France et DPD France

[22] Taux du livret A revalorisé à 1% en le 1er février 2022, puis à 2% le 1er août 2022

[23] ie, les PPA, contributions au FRU et au FGDR, management fees La Poste, plus-values ALM HTC, etc.

[24] Coût du risque de crédit de la banque commerciale rapporté aux encours de début de période.

[25] Docaposte, LP11 et La Poste Services à la personne

[26] Selon la Banque mondiale (communiqué de presse du 10 janvier 2023 sur https://www.banque mondiale.org)

[27] Selon le FMI (https://imf.org/FR/Publication)

[28] Net Stable Funding Ratio : ce ratio structurel de liquidité à long terme garantit que les banques disposent de suffisamment de ressources « stables » (ie de maturité initiale > 1 an) pour financer leurs activités.


Cette publication dispose du service " 🔒 Actusnews SECURITY MASTER ".
- SECURITY MASTER Key : mmxrk8mYZGeUmptrlpZrm2Zqappjl5KXmmKVx5RrZ5yda21gmWZjmMeZZnBpm21r
- Pour contrôler cette clé : https://www.security-master-key.com.



  Original Source : LA POSTE