Actusnews Wire - Diffuseur professionnel d'information corporate et réglementée, autorisé par l'AMF et le CSSF.

  Communiqué de la société LA POSTE du 25/02/2021

  25/02/2021 - 16:00

RESULTATS 2020 DU GROUPE LA POSTE


Une année déterminante dans la transformation du Groupe, qui s'est accélérée sous l'effet de la crise sanitaire

  • Réalisation d'opérations transformantes pour le Groupe, qui a atteint son objectif de diversification :
    • rapprochement entre La Poste et la Caisse des Dépôts et entre La Banque Postale et CNP Assurances
    • renforcement de GeoPost sur ses marchés avec plusieurs acquisitions en Europe dont BRT, le leader de l'express en Italie
    • consolidation dans le digital et les services de santé à domicile
  • Une crise sanitaire mondiale : accélération des tendances qui impactent son modèle économique :
    • chute des volumes de courrier
    • forte hausse des volumes du colis et de l'express dans un contexte de boom du e-commerce
    • digitalisation accrue de la société

2021 : Lancement du nouveau plan stratégique du Groupe « La Poste 2030, engagée pour vous »

Performance du Groupe

  • Chiffre d'affaires[1] : 31,2 Mds€, soit +20,0% et +4,4% à périmètre et change constants
    • Résultat d'exploitation[2] :
    • 3,1 Mds€ vs 889 M€ en 2019
    • -1,3 Md€ avant intégration de CNP Assurances[3]
  • Résultat net part du Groupe :
  •  2,1 Mds€ vs 822 M€ en 2019
  • -1,8 Md€ avant intégration de CNP Assurances 3
  • Free Cash-flow[4] : -510 M€ (vs 223 M€ au 31/12/2019)
  • Dette nette4 : 8,8 Mds€ (vs 6,5 Mds€ au 31/12/2019)
  • Capitaux propres : 18,2 Mds€ (vs 12,6 Mds€ au 31/12/2919)
    • +7,0 Mds€ sous l'effet de l'opération d'apport des titres CNP Assurances
  • Ratio dette nette / capitaux propres : 0,48 (vs 0,51 au 31/12/2019)

________________________

Faits marquants de l'année 2020

  • Crise sanitaire majeure, ayant eu des impacts différentiés selon les activités :
    • Le courrier a été fortement affecté, sous les effets combinés du ralentissement économique et de la digitalisation accélérée (-1,6 Md de lettres en 2020)
    • Le colis et l'express connaissent une forte accélération des volumes (respectivement +29% et +40%) dans un contexte de boom du e-commerce, s'appuyant sur une logistique robuste grâce aux investissements réalisés dans l'outil de production au cours des deux dernières années
  • Création d'un bancassureur de 1er plan dans le cadre de la constitution du grand pôle financier public autour de la Caisse des Dépôts et du rapprochement de
    La Banque Postale et de CNP Assurances
  • Poursuite de l'expansion géographique et de la diversification des activités :
  • Dans l'express, prise de contrôle de BRT, leader du colis en Italie, de Lenton (participation minoritaire portée à 64% en janvier 2020), basée à Hong Kong, de Fermopoint, réseau de 3 400 relais en Italie, de Geis Parcel, opérateur colis en République Tchèque et en Slovaquie, et montée au capital de Jadlog, acteur de la livraison de colis au Brésil
  • Dans le digital, renforcement de l'expertise numérique, avec les acquisitions d'AR24 (lettre recommandée électronique), Index Education (éditeur de logiciels pour l'enseignement) et Inadvans (solutions digitales en e-Santé)
  • Dans les services de santé à domicile, avec plusieurs acquisitions dont Nouveal e-santé (66%), leader dans la digitalisation du parcours patient
  • Dans le domaine bancaire, avec l'acquisition des 35% détenus par Groupama dans La Banque Postale Assurances IARD. Dans la gestion d'actifs, LBPAM est devenu un gestionnaire de conviction multi-spécialiste entièrement dédié à la finance durable. Le rapprochement des activités de gestion de taux de
    La Banque Postale (LBPAM) et du Groupe BPCE (Ostrum AM) a créé un acteur européen de premier plan de la gestion assurantielle
  • Signature du 5ème contrat de présence postale territoriale pour la période 2020-2022 prévoyant la poursuite de l'adaptation du réseau postal
  • Engagement social, sociétal et environnemental reconnu par les agences de notation extra-financière, notamment illustré par l'attribution en décembre 2020 par Vigeo Eiris du meilleur score global au niveau mondial de 76/100 (avec un score très élevé de 91/100 pour le pilier environnemental). La Banque Postale se classe, pour sa part, 1ère banque mondiale avec un score global de 71/100. Par ailleurs, 
    le Groupe se classe au 1er rang mondial des entreprises du secteur « fret aérien et logistique » évaluées par Sustainalytics, La Banque Postale se classant, pour sa part, au 1er rang français et au 3éme rang mondial des banques.

Le Conseil d'administration de La Poste, réuni ce jour sous la présidence de Philippe Wahl, a arrêté les états financiers consolidés du Groupe pour l'exercice 2020.

« L'année 2020 aura été une année particulière, une année de grandes réalisations, mais aussi de grandes difficultés pour Le Groupe La Poste.

L'une de ces grandes réalisations transformantes a été la concrétisation de l'alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts le 4 mars 2020, au travers du double rapprochement de La Poste avec la Caisse des Dépôts et de La Banque Postale avec CNP Assurances, permettant à notre Groupe de diversifier son modèle économique et à La Banque Postale de devenir un groupe intégré de bancassurance.

Une autre réalisation structurante a été l'acquisition par GeoPost de BRT, leader du colis en Italie, qui marque une avancée majeure du développement à l'international de notre Groupe.

Au rang des grandes difficultés de l'année 2020, l'émergence d'une crise planétaire liée à la pandémie de Covid-19 a généré pour notre Groupe deux chocs principaux :

- un choc économique, dû à l'effondrement des volumes du courrier avec 7,5 milliards de lettres contre 9,1 milliards l'année dernière ;

- un choc opérationnel sans précédent pour une entreprise de proximité et de contacts qui a dû revoir en profondeur ses process et organisations. Au niveau du Réseau, La Poste a maintenu la continuité du service public, et au premier rang de tous, la distribution des prestations sociales aux plus fragiles; au niveau logistique, Le Groupe a su faire face à l'explosion du colis avec la distribution de 471 millions de colis par la branche Service-Courrier-Colis (+ 29%) et la livraison de 1,9 milliard de colis par GeoPost (+ 40%) en France et dans le reste du monde.

En 2020, notre Groupe s'est mobilisé et, grâce à l'engagement des postiers, a été capable, dans cette année compliquée, de faire face à ces défis. Il a été un acteur au soutien de l'économie française et européenne.

Ces difficultés ne sont pas terminées mais le Groupe a à cœur de se projeter résolument vers l'avenir. Penser, construire une Poste en 2030 qui soit au service de toutes et de tous, c'est tout l'enjeu du plan nouveau stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous », issu d'une démarche participative sans précédent, avec la participation de 135 000 postiers et 6 500 clients ou élus, et présenté ce jour à notre conseil d'administration.

Le Groupe La Poste accompagne les grandes transitions qui impactent la société, les transitions écologique, territoriale, démographique et numérique, et a l'ambition d'apporter, grâce aux postières et aux postiers, proximité humaine, confiance et soutien à ses clients, particuliers et entreprises. L'engagement de notre Groupe au service de l'intérêt général s'inscrit dans la continuité de ses missions de service public. Cette volonté se traduit par l'adoption de sa raison d'être, dans la perspective de devenir très prochainement une entreprise à mission. »

Informations financières résumées au 31 décembre 2020

CNP Assurances, qui était intégrée par mise en équivalence jusqu'au 4 mars, est intégrée globalement depuis cette date.

  31/12/2020 31/12/2019 Incidence de l'apport des titres de CNP Assurances Variation vs n-1
(hors incidence de l'apport des titres CNP Assurances)
Variation vs n-1
à périmètre et changes constants
(en millions d'euros)     en m€ en % en m€ en %
Performance opérationnelle            
Chiffre d'affaires 31 185 25 983   +5 202 +20,0 +1 148 +4,4
Résultat d'exploitation(*) 3 149 889 3 007 -747 -84,0 -2 277 ns.
Résultat financier -243 -225   -18 +8,2 -5 +2,1
Impôt sur le résultat -880 -134   -746 ns. -338 ns.
Résultat net part du Groupe 2 084 822 3 600 -2 338 ns. -2 702 ns.

Structure financière

Dette nette (DN) 8 802 6 462   +2 340 +36,2
Capitaux Propres Part du Groupe (CP) 18 247 12 624 7 034 -1 411 -11,2
DN / CP 48,2% 51,2%   - +27,3 pts

Ratios clés La Banque Postale

Ratio CET1(**) 20,4% 12,2%     8,2 pts
Liquidity Coverage Ratio (**) 179% 153%     26,0 pts

(*) Après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint

(**) Définitions présentées dans le paragraphe “indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse

Incidences de la première comptabilisation des titres CNP Assurances

La réalisation de l'opération de rapprochement entre La Poste et la Caisse des Dépôts, et
La Banque Postale et CNP Assurances, a été finalisée lors de l'assemblée générale de La Poste, tenue le 4 mars 2020, par voie d'apport par l'Etat et la Caisse des Dépôts à La Poste, puis par celle-ci à La Banque Postale, de leurs participations respectives de 1,1 % et 40,9 % dans CNP Assurances. Le traitement de l'opération dans les comptes consolidés, qui est régi par la norme IFRS 3 sur les regroupements d'entreprises[5], a conduit à l'enregistrement des opérations suivantes :

  1. Valorisation des actions CNP Assurances reçues au cours de bourse du jour de l'opération (13,97€), s'élevant à 4 027 M€,
  2. Dépréciation de la valeur des titres auparavant mis en équivalence de -1 571 M€, (valeur de marché de 1 933 M€ au cours du jour de l'opération vs. valeur comptable au 29/02/2020 de 3 504 M€),
  3. Constatation d'un badwill de 4 578 M€, correspondant à la différence entre la quote-part du groupe dans l'actif net de CNP Assurances valorisé à la juste valeur (10 538 M€) et la totalité des titres détenus (62,13%) valorisés au cours du jour de l'opération (5 960 M€),
  4. Reclassement en compte de résultat des réserves de conversion et gains latents de CNP Assurances pour la quote-part du Groupe avant opération (20,15%), générant un produit de 594 M€.

Au jour de sa réalisation, cette opération a ainsi généré les impacts suivants dans les comptes consolidés 2020 :

  •  sur le résultat d'exploitation (2+3), de 3 007 M€
  •  sur le résultat net part du groupe (2+3+4), de 3 600 M€
  •  sur les capitaux propres (1+2+3), de +7 034 M€.

Incidences financières de la crise sanitaire sur l'activité du Groupe

La crise sanitaire a provoqué une chute brutale du volume d'activité à partir du mois de mars pour l'ensemble du Groupe, suivie d'une reprise différentiée selon les branches.
Deux des chocs majeurs induits par la crise sont la chute accélérée des volumes de Courrier et l'envol des volumes de colis soutenu par le boom du e-commerce.

La baisse d'activité du Courrier a affecté le niveau de résultat d'exploitation du Groupe malgré les mesures de réduction de charges. Cet impact a été accentué par la dépréciation des actifs du Courrier, pour un montant de 900 millions d'euros, consécutive à l'absence de perspectives de rattrapage à court terme de ces volumes. Le résultat d'exploitation du Groupe a également été affecté par l'augmentation du coût du risque de La Banque Postale de 496 millions d'euros intégrant une provision spécifique liée à la crise de Covid-19 de 455 millions d'euros. Au global, les impacts de la crise de Covid-19 sont estimés à -2,0 milliards d'euros sur le résultat d'exploitation du Groupe.

Des dépréciations d'impôts différés actifs de -298 millions d'euros alourdissent les impacts de la pandémie sur le résultat net part du Groupe, estimés à -2,3 milliards d'euros.

Chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires consolidé s'établit à 31 185 millions d'euros, en progression de 20,0% par rapport à 2019. Après retraitement des effets périmètre s'élevant à 4 176 millions d'euros, portés essentiellement par La Banque Postale (2 309 millions d'euros), GeoPost (1 690 millions d'euros) et la branche Numérique (139 millions d'euros), et des effets change défavorables plus marginaux (-122 millions d'euros, dont-36 millions d'euros sur le real brésilien, -24 millions d'euros sur le rouble et -23 millions d'euros sur la livre sterling), la croissance organique[6] du Groupe à fin décembre 2020 est de 4,4%.

  31/12/2020 31/12/2019 Variation
  vs n-1 vs n-1 à périmètre et change constants
(en millions d'euros) en m€ en % en m€ en %
Services – Courrier – Colis 12 156 12 376 -220 -1,8 -271 -2,2
GeoPost 11 041 7 768 +3 273 +42,1 +1 697 +22,2
La Banque Postale 7 724 5 647 +2 077 +36,8 -232 -4,1
Numérique 799 697 +102 +14,6 -37 -5,4
Autres secteurs et intercos -536 -506 -30 +5,9 -9 +1,8
CHIFFRE D'AFFAIRES 31 185 25 983 +5 202 +20,0 +1 148 +4,4

Le chiffre d'affaires consolidé 2020 est marqué par des évolutions contrastées au niveau des branches.

  • Branche Services-Courrier-Colis

Le chiffre d'affaires de la branche Services-Courrier-Colis s'établit à 12 156 millions d'euros, en repli de 1,8% par rapport à fin décembre 2019. Le retraitement des effets périmètre et change positifs (+51 millions d'euros), essentiellement induits par l'intégration d'EDE et la cession de VLC[7] fin 2019, conduit à une décroissance organique de 2,2% par rapport à l'année précédente, intégrant principalement les effets de la crise sanitaire, avec des évolutions variables selon les pôles :

  • Courrier : Le chiffre d'affaires du Courrier s'élève à 7 316 millions d'euros, en repli de 13,4% par rapport à 2019, avec un fort recul des volumes de courrier adressé de -18,1%[8] (soit -1 340 millions d'euros), partiellement compensé par l'augmentation tarifaire du courrier intervenue au 1er janvier 2020, de 4,8% en moyenne (+336 millions d'euros).
    La crise sanitaire a également fortement pesé sur le courrier international (-133 millions d'euros) ;
  • L'activité Colis (Colissimo) enregistre une forte progression organique de son chiffre d'affaires de 20,1% à 2 263 millions d'euros, liée à un puissant essor du e-commerce depuis le mois d'avril, entraînant une vive croissance des volumes de colis traités de 28,8% à 471 millions d'objets distribués ;
  • Les filiales de services Courrier enregistrent globalement une croissance organique de 481 millions d'euros (soit +24,3%). A l'exception de Mediapost (courrier publicitaire) dont le chiffre d'affaires est en retrait sensible (-133 millions d'euros) suite à l'arrêt complet de l'activité durant le premier confinement et une reprise progressive à partir de juin 2020, les activités des autres filiales ont progressé. Asendia, qui fournit des solutions logistiques transfrontalières dans le domaine du e-commerce, génère un chiffre d'affaires de 1 793 millions d'euros, en forte hausse de 50,3%, soutenue par les excellentes performances depuis le mois de mai de sa filiale e-ShopWorld. Les activités de la Poste Silver ont résisté face à la crise, avec un chiffre d'affaires à 185 millions d'euros, en croissance de 9,1% (et de 4,9% en organique).
  • GeoPost

Le chiffre d'affaires de GeoPost atteint 11 041 millions d'euros, en forte progression de 42,1%. Le retraitement des effets périmètre (+1 690 millions d'euros) provenant des acquisitions de BRT, Lenton et Geis Parcel, et d'un effet change de -115 millions d'euros, fait apparaître une progression organique très dynamique de 22,2%, due pour l'essentiel à un effet volume de +23,6%. Au global, GeoPost a livré sur la période 1 868 millions de colis, porté par l'explosion du e-commerce observée depuis le mois d'avril due à la crise sanitaire, et l'essor consécutif du segment BtoC (55,2% des volumes en 2020 vs 45,2% en 2019).

La majeure partie des pays voient leur chiffre d'affaires progresser en organique (+37,7% au Royaume-Uni, +37,0% au Benelux, +28,9% en Russie, +25,6% en Pologne, +19,0% en Espagne et + 13,7% en Allemagne notamment).

Le chiffre d'affaires des Nouveaux Services Urbains s'élève à 74 millions d'euros, en progression organique de 39,5%, grâce en particulier à l'activité de Stuart (acteur de la livraison urbaine urgente).

  • La Banque Postale

Le Produit Net Bancaire (PNB) atteint 7 724 millions d'euros, en progression de 36,8% (?4,1 % à périmètre et change constants et après retraitement de la provision épargne logement) dans un contexte de taux bas qui perdure.

  • Le PNB du pôle Banque de détail s'élève à 4 981 millions d'euros, en baisse de 5,0%[9] à périmètre et change constants par rapport à 2019. La marge nette d'intérêts s'élève à 2 669 millions d'euros, en repli de 8,0%9 sous l'effet de la crise sanitaire et de la baisse des taux qui impactent les revenus de portefeuille et les crédits immobiliers. Les commissions sont en hausse de 90 millions d'euros (+3,9%). L'activité commerciale a résisté dans le contexte de la crise sanitaire, avec une progression globale des encours d'épargne de 4,6% et des encours de crédits à la clientèle de 5,2% (et plus particulièrement celui des crédits au secteur public local et aux entreprises avec des encours en progression de 12,5%).
  • Le PNB du pôle Assurance s'élève à 2 582 millions d'euros suite à l'entrée de CNP Assurances dans le périmètre de consolidation. Hors cet effet, il s'élève à 273 millions d'euros, en hausse de 9,0%. Le chiffre d'affaires de l'activité prévoyance est en baisse suite à la diminution du nombre de contrats en portefeuille. Le chiffre d'affaires de l'IARD est, quant à lui, en progression grâce à l'accroissement du portefeuille de contrats de 14,8% sous l'effet des mesures d'accompagnement des assurés pendant la crise sanitaire.
  • Le PNB du pôle Gestion d'actifs s'élève à 161 millions d'euros (+3,6%), liée à l'augmentation des commissions de gestion.
  • La branche Numérique

Le chiffre d'affaires de la branche s'établit à 799 millions d'euros, en progression de 14,6%. Après retraitement des effets de périmètre de +139 millions d'euros principalement relatifs aux acquisitions par Docaposte de Softeam et d'AR24, l'évolution organique est en repli de 5,4%.

En particulier, au sein du pôle Activités commerciales :

  • le chiffre d'affaires de Docaposte s'élève à 622 millions d'euros, en décroissance organique de 8,6% sous l'effet de la crise sanitaire ; les activités physiques ont été fortement pénalisées, notamment par la fermeture de sites clients (activités in situ) et les activités digitales sont, dans une moindre mesure, impactées par la baisse de la demande globale des activités de conseil ;
  • le chiffre d'affaires de LP11[10] s'élève à 43 millions d'euros, en progression de 7,7%, grâce à la performance des activités de Marketshot dans le secteur des télécommunications et de l'énergie ;
  • laposte.fr enregistre une progression significative de ses ventes de +38,0%, à 294 millions d'euros, soutenue par le succès des solutions de ventes en ligne pendant la crise sanitaire, en particulier pendant les périodes de confinement.
  • Le Réseau

Canal de distribution des produits grand public en France, le niveau de ses ventes a été fortement affecté par la baisse de fréquentation. Malgré les coûts induits par la Covid-19, le Réseau a réduit ses coûts d'exploitation de 1,4%, ce qui bénéficie directement aux branches du Groupe au travers de la baisse de la facturation liée à leur utilisation du Réseau.

La Poste Mobile a adapté sa stratégie commerciale au contexte sanitaire, ce qui lui a permis de conquérir 539 000 clients, dont 454 000 nouveaux abonnés sur l'année.
Le parc total abonnés et prépayés a progressé de 10,3% pour atteindre 1,8 million de clients.

  • Autres secteurs

Les autres secteurs et intercos comprennent l'Immobilier et les supports et structures, essentiellement internes au Groupe.

Résultat d'exploitation[11]

Le résultat d'exploitation consolidé s'établit à 3 149 millions d'euros, incluant 3 007 millions d'euros liés à l'incidence de l'apport des titres CNP Assurances et 1 520 millions d'euros d'effets périmètre et change. Il s'élève à -1,3 milliard d'euros avant intégration de CNP Assurances.

Les effets de la crise sanitaire sont évalués au global à 1 983 millions d'euros.

  31/12/2020 31/12/2019 Incidence de l'apport des titres de CNP Assurances Variation vs n-1
(hors incidence de l'apport des titres CNP Assurances)
Variation vs n-1
à périmètre et changes constants
(en millions d'euros)     en m€ en % en m€ en %
Services – Courrier – Colis -1 137 410   -1 547 n.s. -1 577 n.s.
GeoPost 793 379   +414 n.s. +323 +86,0
La Banque Postale 4 464 820 3 007 +637 +77,7 -768 -93,7
Numérique -48 10   -58 n.s. -62 n.s.
Réseau, autres secteurs et intercos -923 -730   -193 +26,5 -193 +26,4
RESULTAT D'EXPLOITATION 3 149 889 3 007 -747 -84,0 -2 277 n.s.
  • Branche Services-Courrier-Colis : Le résultat d'exploitation s'établit à -1 137 millions d'euros, en recul marqué de 1 547 millions d'euros par rapport à 2019. Cette baisse s'explique principalement par la décroissance accélérée des volumes de courrier sous l'effet du ralentissement de l'activité lié à la crise sanitaire, qui a conduit à constater une dépréciation des actifs Courrier de 900 millions d'euros. Le résultat d'exploitation du Courrier ressort ainsi à -1 425 millions d'euros. Du côté du Colis la belle performance de l'activité permet d'afficher une forte progression de son résultat d'exploitation de 37,2%, à 236 millions d'euros, grâce au renforcement de son réseau industriel qui a permis de faire face à la forte croissance des volumes. Enfin, le résultat d'exploitation des Filiales s'établit à 53 millions d'euros, en croissance de 49 millions d'euros, grâce aux performances d'Asendia.
  • GeoPost génère un résultat d'exploitation de 793 millions d'euros en hausse de 109,2% par rapport à 2019 dans un contexte de forte accélération du e-commerce depuis avril. Après retraitement des effets périmètre et change de +91 millions d'euros, la croissance organique du résultat d'exploitation est de 323 millions d'euros, soit +86,0%, malgré des surcoûts liés à la gestion de la crise sanitaire. Cette forte progression témoigne de la remarquable capacité d'adaptation de GeoPost.
  • La contribution de La Banque Postale au résultat d'exploitation du Groupe s'élève à 4 464 millions d'euros et à 52 millions d'euros avant intégration de CNP Assurances.

Les frais de gestion augmentent de 197 millions d'euros, principalement suite à un déclassement d'immobilisations incorporelles et à la poursuite du programme de transformation de la banque (intégration de CNP Assurances et développement des filiales), malgré les efforts de maîtrise des charges. Le coefficient d'exploitation est en forte amélioration sous l'effet de l'intégration de CNP Assurances, à 74,4% (vs 83,8% en 2019). Le coût du risque s'élève à 674 millions d'euros. Il est supérieur de 496 millions d'euros au niveau de fin 2019 intégrant une provision spécifique liée à la crise sanitaire de 455 millions d'euros. Rapporté aux encours de crédit, il se situe à 46 points de base[12].

  • La branche Numérique enregistre un résultat d'exploitation de -48 millions d'euros, en baisse de 58 millions d'euros. Hors effet périmètre et change (+4 millions d'euros), le résultat d'exploitation est en retrait de 62 millions d'euros principalement sous l'effet du recul des activités dans le contexte de crise sanitaire.
  • Autres secteurs :

Les résultats d'exploitation des branches sont ajoutés à ceux des autres secteurs pour obtenir le résultat consolidé du Groupe :

- Le résultat du secteur « non affecté » (- 708 millions d'euros, +6,4%) comprend le coût des missions d'accessibilité du service universel postal et d'aménagement du territoire et l'abattement correspondant sur la fiscalité locale, ainsi que les charges liées aux dispositifs de fin de carrière transverses au Groupe qui progressent légèrement sur la période (hausse du nombre d'adhésions) ;

- Le résultat des fonctions Supports et structure (-216 millions d'euros), s'alourdit de 13% en partie du fait de coûts supplémentaires générés par la crise sanitaire, ceci masquant les efforts d'optimisation de charges ;

- Le résultat d'exploitation de l'Immobilier (+81 millions d'euros), en baisse de 42,9% par rapport à 2019, essentiellement du fait de moindres résultats de cession qu'en 2019.

Résultat net

Le résultat net part du Groupe atteint 2 084 millions d'euros, en progression de +1 262 millions d'euros par rapport à 2019, dont +3 600 millions d'euros induits par l'incidence de l'opération d'apport de titres de CNP Assurances (dont la composition est présentée au paragraphe « Incidences de la première comptabilisation des titres CNP Assurances »).

Hors incidence de l'apport de titres CNP Assurances et avant intégration de CNPA, le résultat net part du Groupe s'établit à -1,8 milliard d'euros, en baisse marquée.
Cette variation s'explique pour l'essentiel par la baisse du résultat d'exploitation expliquée ci-dessus. La charge globale que représente le résultat financier (-243 millions d'euros), est quasiment stable par rapport à 2019, la hausse de l'endettement financier net étant atténuée par la baisse de ce coût. La crise sanitaire a conduit le Groupe à enregistrer sur l'exercice une dépréciation des impôts différés actifs du périmètre intégré fiscalement de 298 millions d'euros qui vient peser sur le résultat net part du groupe.

Free cash-flow

Le Free Cash-Flow généré en 2020 est de -510 millions d'euros (vs +223 millions d'euros en 2019). La baisse de 732 millions d'euros s'explique principalement par l'absence de versement de dividendes par La Banque Postale en 2020 (écart défavorable de 327 millions d'euros par rapport à 2019) et par un comparable 2019 intégrant des éléments favorables (imputation et monétisation de CICE).

Investissements et croissance externe

Le Groupe a investi 1,1 milliard d'euros en 2020[13] vs 1,2 milliard d'euros en 2019, dont:

  • 318 millions d'euros pour la branche Services–Courrier–Colis (vs 303 millions d'euros en 2019) principalement dédiés à la poursuite du développement de son schéma directeur industriel et informatique ;
  • 347 millions d'euros pour GeoPost (dont 19 millions d'euros d'effet périmètre lié à BRT), vs 314 millions d'euros en 2019. Les projets de l'année se concentrent sur l'augmentation des capacités, avec la construction de Hubs (UK et France) et de dépôts (Allemagne, UK et France), et le déploiement du projet « Nouveaux Services Urbains » en Allemagne ; et
  • 58 millions d'euros d'acquisition de matériel informatique et R&D au profit de la branche Numérique.

Les opérations de croissance externe ont, pour leur part, représenté 836 millions d'euros.

Dette nette et structure financière

La dette nette s'élève à 8 802 millions d'euros à fin décembre 2020, en augmentation de 2 340 millions d'euros. Son évolution est fortement corrélée au free cash-flow généré (?510 millions d'euros), au financement de la croissance externe (-836 millions d'euros) et à la variation des dettes de location financement liée à la croissance externe (-884 millions d'euros).

Les capitaux propres consolidés part du Groupe s'élèvent à 18 247 millions d'euros. Ils progressent de 7 034 millions d'euros sous l'effet de l'opération d'apport des titres de CNP Assurances, résultant :

  • d'une augmentation de capital de 4 027 millions d'euros (capital social et primes d'émission pour 1 968 millions d'euros et réserves pour 2 059 millions d'euros),
  • d'un produit de 3 007 millions d'euros (net des résultats latents sur instruments financiers et écart de conversion).

En conséquence, le ratio dette nette/capitaux propres s'établit à 0,48 (vs 0,51 au 31/12/2019).

Notation

En 2020 :

  • Standard & Poor's a confirmé sa notation en révisant la perspective de positive à stable pour refléter le contexte de pandémie de Covid-19.
  • Fitch Ratings a révisé la perspective de stable à négative, suite à une action similaire sur la notation de l'État français le 15 mai 2020.
  Notation long et court terme Perspective Date de mise à jour
Standard & Poor's A / A-1 Stable 27/03/2020
Fitch Ratings A+ / F1+ Négative 16/12/2020

Perspectives

L'année 2021 sera une année d'incertitudes, compte tenu de la persistance de la crise sanitaire, lourde d'impacts au plan macro-économique et d'effets contrastés sur les activités du Groupe. Dans ce contexte, le Groupe poursuivra ses efforts et le plan d'économies mis en œuvre en 2020, afin d'en limiter les impacts sur ses résultats futurs.

Le Groupe est résolument engagé dans le développement des synergies entre la Caisse des Dépôts et La Poste, et La Banque Postale et CNP Assurances et prêtera une attention toute particulière à l'intégration des autres sociétés récemment acquises.

Le Groupe continuera à saisir les opportunités résultant des mutations de la société et de ses métiers. Il continuera aussi à déployer son modèle multi-activités tout en accélérant sa transformation interne vers le numérique.

Il poursuivra le développement du colis et de l'express en s'appuyant sur la croissance du e-commerce et s'emploiera tout au long de l'année à développer ses services de proximité à valeur ajoutée, notamment dans la bancassurance, la Silver économie et la santé, et les services aux territoires. Le Groupe anticipe une croissance de son chiffre d'affaires au titre de l'exercice 2021.

Le Groupe reste engagé dans l'exécution de ses quatre missions de service public. Toutefois, le déficit du service universel postal constaté, depuis 2018, s'est encore creusé avec l'accélération de la baisse des volumes induite par la crise, remettant fondamentalement en cause son équilibre. Dans ce contexte, La Poste a entamé des discussions avec l'Etat visant à redéfinir le contour de ces missions et assurer leur juste compensation.

2021 sera la première année de déploiement du nouveau plan stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous », présenté ce jour au conseil d'administration du Groupe. A travers ce plan, le Groupe La Poste poursuit l'ambition de devenir la première plateforme européenne du lien et des échanges, humaine et digitale, verte et citoyenne, au service de ses clients dans leurs projets et de la société toute entière dans ses transformations. Pour réaliser cette ambition et atteindre l'objectif d'être une entreprise en croissance rentable, Le Groupe
La Poste a défini 7 priorités que sont : ses clients, sa présence, le numérique, son engagement écologique, sa responsabilité citoyenne, son développement international, et le nouveau pacte social proposé aux postiers.

Retrouvez toutes les informations sur le plan stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous » dans le dossier de presse : www.groupelaposte.com.

Annexes

Focus : La Poste pendant la crise sanitaire

La crise sanitaire a mis en lumière un véritable besoin de Poste dans notre société.

La Poste s'est d'abord attachée à assurer la continuité du service public. Elle a dû s'adapter, notamment lors du choc du premier confinement, pour se recentrer sur son socle de services prioritaires. L'enjeu était alors de préserver la santé de ses clients et de ses collaborateurs tout en maintenant son accessibilité physique dans le strict respect des consignes sanitaires édictées par le gouvernement. La Poste a par ailleurs garanti à 100 % la rémunération des postiers qui étaient placés en activité partielle (personnes vulnérables et gardes d'enfant) pendant cette période. Durant la crise, le Groupe a par ailleurs pu opérer dans de bonnes conditions le versement des prestations sociales aux plus fragiles.

Le ralentissement économique et l'accélération de la digitalisation des échanges ont entrainé une baisse drastique des volumes de courrier. La Poste a tout de même distribué 7,5 milliards de lettres en 2020 grâce à la mobilisation des postiers et des postières sur l'ensemble du territoire français. Elle a aussi réussi à faire face à une explosion des volumes de colis portée par le boom du e-commerce. Colissimo a ainsi distribué 471 millions de colis (+ 29 %) tandis que GeoPost livrait dans le domaine de l'express, 1,9 milliard de colis (+40%) dans le monde.

Grâce à sa filiale GeoPost, le Groupe a pu fournir des équipements de protection individuelle par pont aérien via Lenton Group (filiale de GeoPost) présente en Chine. Le maintien de 60% des points Pickup lors du premier confinement a été critique pour faire face à l'explosion des volumes colis; en décembre 2020, 95% des points Pickup étaient maintenus, permettant aux clients de récupérer leurs livraisons au moment des fêtes. L'explosion des volumes de colis express a pu ainsi être gérée par GeoPost tout au long de l'année.

En parallèle, La Poste a connu une explosion des usages digitaux (services en ligne du Groupe La Poste et de La Banque Postale). Le Groupe, au travers de sa branche Numérique, a rapidement mobilisé ses actifs en réaction à la crise sanitaire, en créant des sites tels que maladiecoronavirus.com ou masques-pme.laposte.fr pour la vente de masques pour les TPE/PME. Grâce à des dispositifs tels que « Veiller sur mes parents », rendu gratuit pendant le premier confinement, La Poste a permis à ses clients d'avoir accès à des portages de repas, d'espèces, de médicaments, etc., rompant ainsi l'isolement de certaines populations, en particulier des aînés. En mettant gratuitement à disposition sa plateforme « Ma Ville Mon Shopping », La Poste a accompagné les commerçants locaux dans la numérisation de leur activité et facilité la livraison de leurs clients.

Si La Poste a pu connaître une baisse passagère de sa qualité de service pendant la crise, elle a redoublé d'efforts pour rétablir la satisfaction de ses clients et a réussi à atteindre fin 2020 des niveaux supérieurs à ceux du début de l'année. Sur tous ses territoires, et surtout en France, les postières et les postiers se sont mobilisés pour faire face à la crise sanitaire et assurer la continuité des activités du Groupe dans les meilleures conditions et en toute sécurité.

Définition des indicateurs alternatifs de performance

Evolution à périmètre et change constants (évolution organique) : L'évolution à périmètre et changes constants résulte de la différence entre le résultat obtenu au cours de la période et celui d'une période comparative, après avoir retraité l'incidence des acquisitions et cessions survenues entre temps sur chacune des périodes. Les périodes comparées sont ainsi retraitées à périmètres de consolidation identiques. Les transactions en devises de la période comparative ont été valorisées au taux moyen de la période de référence.

Free cash-flow : Il est constitué des éléments suivants : (i) EBITDA ajusté, composé de l'ensemble des produits opérationnels du périmètre hors La Banque Postale, duquel sont retranchées les charges de fonctionnement et charges de personnel, hors dotations aux dispositifs de fin de carrière (de ce même périmètre hors La Banque Postale), complété par les dividendes reçus des sociétés mises en équivalence et dividendes reçus de La Banque Postale au cours de la période au titre des résultats de l'année précédente, (ii) variation du besoin en fonds de roulement, (iii) flux de trésorerie sur achats d'actifs corporels et incorporels nets des cessions d'actifs correspondantes, (iv) flux de trésorerie liés aux impôts (intégrant les flux sur CICE imputé et généré, (v) intérêts financiers nets versés, (vi) remboursements des passifs de location et charges d'intérêts sur passifs de location. Chacun des agrégats du free cash-flow est additionné pour sa valeur en termes de flux de trésorerie (positif pour les entrées de cash et négatif pour les sorties de cash).

Dette nette : L'endettement financier net comprend l'ensemble des dettes financières courantes et non courantes diminué de la trésorerie et des équivalents de trésorerie ainsi que des instruments dérivés liés au financement du Groupe. Il comprend également la dette financière née de l'application de la norme IFRS 16 portant sur les contrats de location, les placements financiers court-terme sans risque de changement de valeur significatif mais dont l'échéance à la date de souscription est supérieure à trois mois à l'origine et la créance financière nette envers La Banque Postale.

La dette nette du Groupe ne prend pas en compte La Banque Postale pour laquelle ce concept n'est pas pertinent.

Coefficient d'exploitation : Le coefficient d'exploitation se calcule en divisant les frais de gestion par le produit net bancaire corrigé des intérêts douteux. Les frais de gestion représentent la somme des charges générales d'exploitation et des dotations nettes aux amortissements et dépréciations des immobilisations corporelles et incorporelles.

Ce ratio n'est calculé que pour La Banque Postale.

Ratio Common Equity Tier 1 : Ce ratio est le fruit du calcul des Fonds propres de base de catégorie 1 (CET 1) rapportés au montant total d'exposition au risque (i.e. au total des actifs pondérés par les risques – RWA – au titre du risque de crédit et de contrepartie, risque de marché et risque opérationnel).

Le ratio CET1 est la référence permettant au superviseur d'apprécier la solvabilité d'un établissement bancaire.

Ce ratio n'est calculé que pour La Banque Postale.

Ratio Liquidity Coverage Ratio (LCR) : Le LCR est un ratio mensuel de liquidité à court terme qui mesure la capacité de la banque à résister pendant 30 jours à une dégradation sévère de sa situation dans un contexte de choc systémique. En cible il doit être supérieur à 100%. Ce ratio est calculé en divisant la somme des actifs liquides de qualité et libres de tout engagement par le besoin de liquidités sous stress à horizon de 30 jours.

Ce ratio n'est calculé que pour La Banque Postale.

Ratio Dette nette/Capitaux propres : Le ratio Dette nette/capitaux propres est obtenu en rapportant la dette nette aux capitaux propres part du Groupe.

--------------------

Les comptes consolidés du Groupe La Poste sont mis en ligne ce jour sur le site https://www.groupelaposte.com / nos informations financières / publications.

RELATIONS PRESSE
[email protected]

RELATIONS INVESTISSEURS
Yasmina Galle –
( : (+33)1 55 44 17 02 –
[email protected]


[1] Par convention, dans l'ensemble du communiqué de presse, le terme chiffre d'affaires désigne l'ensemble des produits opérationnels du Groupe, se composant du chiffre d'affaires des activités industrielles et commerciales, du produit net bancaire de La Banque Postale intégrant lui-même le produit net des assurances de CNP Assurances.

[2] Après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

[3] Dont +3,0 Mds€ d'effet de première comptabilisation des titres CNP Assurances sur le résultat d'exploitation et +3,6 Mds€ sur le résultat net. Les effets de la première comptabilisation des titres CNP Assurances sont présentés dans le paragraphe « Incidences de la première comptabilisation des titres CNP Assurances » en page 3.

[4] Définitions présentées dans le paragraphe “indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse.

[5] IFRS 3 prévoit :

- la valorisation des apports au cours de bourse au jour de l'opération,

- la réévaluation/dévaluation de la participation antérieurement détenue en fonction de ce même cours de bourse,

- la comptabilisation d'un goodwill/badwill égal à la différence entre la totalité de la participation détenue et la quote-part dans l'actif net de la cible évaluée à sa juste valeur au jour de l'opération,

- le reclassement en résultat des résultats latents de la cible, à hauteur de la participation antérieure.

[6] Définition présentée dans le paragraphe « indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse.

[7] Viapost Logistic Connectée cédée à 100% fin novembre 2019 (CA 2019 : 70 m€).

[8] A jours ouvrés équivalents.

[9] Retraitée de la provision Epargne Logement.

[10] Nouveau nom de Mediapost Communication.

[11] Les résultats d'exploitation (Groupe et branches) sont présentés après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint dans l'ensemble de ce communiqué.

[12] Coût du risque de crédit de la banque commerciale rapporté aux encours de début de période.

[13] Hors La Banque Postale.


Cette publication dispose du service "Actusnews SECURITY MASTER".
- SECURITY MASTER Key : mGmdYclpY2yZlWlrk8hlbGpkbGllm5OZbWHGyGKcZciYZ2tpx25pbMjKZm9plWlr
- Pour contrôler cette clé : https://www.security-master-key.com.



  Original Source : LA POSTE