Actusnews Wire - Diffuseur professionnel d'information corporate et réglementée, autorisé par l'AMF et le CSSF.

  Communiqué de la société LA POSTE du 24/02/2022

  24/02/2022 - 15:00

La Poste Groupe - Résultats 2021_FR


RESULTATS 2021 DU GROUPE LA POSTE

 Des résultats en redressement
et des avancées stratégiques majeures

________________

Performance financière

  • Chiffre d'affaires[1] : 34,6 Mds€, soit +11,0%, et +9,6% à périmètre et change constants (pcc)
  • Résultat d'exploitation[2] :
    • 3,4 Mds€, vs 3,1 Mds € en 2020
    • 2,5 Mds€, hors effets de première comptabilisation des titres CNP Assurances (CNPA) et hors dépréciation des actifs Courrier, soit une progression de +1,5 Md€[3] par rapport à 2020.
  • Résultat net part du Groupe :
    • 2,1 Mds€, stable (-15 m€)
    • 1,2 Md€ hors effets de première comptabilisation des titres CNPA, hors dépréciation des actifs Courrier et hors dépréciation des impôts différés actifs, soit une croissance de +1,5 Mds€[4] par rapport à 2020.
  • Free Cash-flow[5] : +248 m€ (vs -510 m€ au 31/12/2020)
  • Dette nette5 : 10,2 Mds€ (vs 8,8 Mds€ au 31/12/2020)
  • Dette nette / EBITDA ajusté5 : 3,6 (vs 7,1 au 31/12/2020)
  • Capitaux propres : 20,9 Mds€ (vs 18,4[6] Mds€ au 31/12/2020)

Faits marquants 2021

  • Poursuite des tendances impactant le modèle économique du groupe :
    • Des volumes de courrier en retrait accéléré depuis le début de la crise sanitaire (-10,5% en moyenne par an sur la période 2019-2021 et -2,4% en 2021, leur baisse structurelle ayant été atténuée en 2021 par un effet de base favorable),
    • Soutenus par une logistique robuste, les volumes de colis et express ont continué de progresser en 2021 (2,8 milliards de colis distribués[7], soit +10,7%), après une année 2020 record, dans un contexte de croissance très dynamique du e-commerce mondial, 
    • La Banque Postale, dont le rapprochement avec CNP Assurances a connu de nouvelles avancées, connaît une dynamique de reprise de ses activités dans un contexte de taux bas toujours pénalisant ;
  •  Avancées stratégiques majeures :
  • Accélération de la diversification et des relais de croissance 
  • Dans l'express, montée au capital de Speedy AD (69,8%), acteur de référence en Bulgarie, acquisition de 100% de City Sprint (livraison le jour-même) au Royaume-Uni ; dans l'alimentaire, prise de contrôle d'Epicery (87,5%) ; accélération du développement hors Europe avec une prise de participation (24,9%) dans la société de transport logistique Aramex (Moyen-Orient) et la montée au capital de Ninja Van (43,3%) basée en Asie du Sud-est; plus de 560 millions d'euros d'investissements sont venus renforcer les capacités de traitement de GeoPost (ouverture de hubs et de dépôts notamment),
  • Dans le e-commerce, Asendia[8] porte à 100% sa participation dans eShopWorld, facilitateur du e-commerce,
  • Dans la bancassurance, acquisition par La Banque Postale de la participation de 16,1% de BPCE au capital de CNP Assurances[9], finalisation de l'acquisition des activités d'assurance vie d'Aviva en Italie permettant à CNP Assurances de devenir 5ème assureur vie dans ce pays et création de la nouvelle banque de financement et d'investissement,
  • Dans le digital, renforcement de l'expertise numérique, via les acquisitions de TimeOne (100%), spécialiste de la génération de profils qualifiés, d'Openvalue (80%), conseil en Big Data et IA, de Boxtal (100%), comparateur de solutions d'envoi de colis en ligne, ainsi que des activités de signature électronique d'Idemia ;
  • Création de la branche Grand Public et Numérique[10], intégrant la puissance du digital avec le réseau de distribution physique de La Poste.
  • Depuis le 1er juillet GeoPost assure le pilotage opérationnel d'Asendia9, facilitant les synergies au sein des activités internationales logistiques,
  • Allocation d'une première dotation de 520 m€ par l'Etat au titre de la compensation du Service Universel Postal pour 2021[11],
  • Adoption en juin 2021 du statut d'entreprise à mission , assorti d'engagements d'impact positif sur la société : contribuer au développement et à la cohésion des territoires, favoriser l'inclusion sociale, promouvoir un numérique éthique, inclusif et frugal, œuvrer à l'accélération de la transition écologique pour tous,
  • Signature d'un nouvel accord social national « La Poste engagée avec les postiers », marqueur d'une politique sociale volontariste ;
  • Reconnaissance de l'engagement sociétal du groupe par les agences de notation extra-financière :
  • Maintien au 1er rang mondial tous secteurs confondus par Vigeo Eiris, attribution de la médaille Platinium par EcoVadis et inscription sur la « Liste A » de CDP ;
  • La Banque Postale est la première banque européenne et l'une des premières institutions financières au monde à disposer d'une trajectoire de décarbonation validée par la « Science Based Targets initiative » (SBTi)[12] ;
  • Evolution favorable de la notation financière du groupe : portée en novembre 2021 à A+, perspective « stable », par Standards & Poors, et maintenue en décembre à A+, avec une perspective rehaussée à « stable », par Fitch Ratings.

Le Conseil d'administration de La Poste, réuni ce jour sous la présidence de Philippe Wahl, a arrêté les états financiers consolidés du Groupe pour 2021.

« Le groupe La Poste a atteint en 2021 un chiffre d'affaires de 34,6 milliards d'euros et présente des résultats en redressement grâce à l'engagement et à l'efficacité des postières et des postiers. Grâce également à nos actionnaires, La Caisse des Dépôts et l'Etat qui ont soutenu nos investissements, confortant ainsi notre développement.

Avec la croissance sans précédent du e-commerce et la digitalisation de la société, les activités de l'Express et du Colis ont connu des niveaux record (2,8 milliards de colis livrés en 2021 contre 1,1 milliard en 2013) ; tandis que les volumes du Courrier ont continué de s'éroder (7,3 milliards de plis en 2021 contre 13,7 milliards en 2013) après une chute accélérée en 2020. Le chiffre d'affaires des nouveaux services de proximité humaine[13] a enregistré une croissance de +26% et s'est établi à 642 millions d'euros.

2021 a été l'année du lancement de notre nouveau plan stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous ». Il a comme objectif de construire pour notre Groupe un modèle pérenne permettant une croissance rentable et responsable.

Nous avons déjà franchi en 2021 des étapes stratégiques majeures. GeoPost a accéléré son développement en Europe et au grand international. Une nouvelle branche, Grand Public et Numérique, a été créée au 1er juillet, alliant la puissance de notre réseau physique à l'expertise de nos services numériques pour améliorer la satisfaction de nos clients, première de nos priorités stratégiques.

La Banque Postale s'est renforcée en tant que bancassureur de premier plan, avec la montée au capital de CNP Assurances, et la création d'une BFI « citoyenne ». Le groupe est pleinement investi dans ses quatre missions de service public qui ont été confortées par la décision de l'Etat d'accorder une compensation au titre du Service Universel Postal.

En 2021, La Poste a adopté le statut d'entreprise à mission qui confirme son engagement au service de la société tout entière. Cet engagement au quotidien est celui des postières et des postiers qui ont été résilients et professionnels face à la crise sanitaire.
Le redressement de nos résultats nous permet de verser une prime d'intéressement aux femmes et aux hommes, qui chaque jour, sont les acteurs de la transformation du groupe La Poste. »

Informations financières résumées au 31 décembre 2021

   
31/12/2021
 
31/12/2020
Variations
  Incidence de l'apport des titres de CNP Assurances en 2020 vs n-1
(hors incidence de l'apport des titres CNP Assurances)
vs n-1
à périmètre et changes constants
  en m€ en m€ en m€ en m€ en % en m€ en %
               
Performance opérationnelle            
               
Chiffre d'affaires 34 609 31 185   +3 424 +11,0 +2 959 +9,6
               
Résultat d'exploitation (*) 3 431 3 149 - 3 007 + 3 289 ns +3 060 n.s.
Résultat d'exploitation hors effets de première comptabilisation des titres CNPA et dépréciation des actifs Courrier 2 531 1 042   + 1 489 +142,9    
               
Résultat financier -202 -243   +41 -16,9 +41 -16,8
               
Impôt sur le résultat -620 -880   +260 -29,5 +321 -37,0
               
Résultat net part du groupe (RNpg) 2 069 2 084 - 3 600 +3 585 ns +3 534 n.s.
RNpg hors effets de première comptabilisation des titres CNPA, dépréciation des actifs Courrier et hors dépréciation des impôts différés actifs 1 169 -318   +1 487 ns    
               
Free Cash Flow 248 -510   +758 n.s.    

 

Structure financière              
Dette nette (DN) 10 233 8 802       +1 431 +16,3
Capitaux propres part du groupe (CP) 20 932 18 390       +2 543 +13,8
DN / CP 48,9% 47,9%       - +1,0
DN / EBITDA ajusté 3,6 7,1       - -49,0

Ratios clés La Banque Postale

Ratio CET1 (**) 19,1% 20,4%     -1,4 pts
Ratio NSFR (**) 143% 140%     3 pts
Liquidity Coverage Ratio (**) 186% 179%     7 pts

 

Ratio clé CNP Assurances        
Taux de couverture du SCR (**) 217% 208%     9 pts

(*) Après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint

(**)  Définitions présentées dans le paragraphe « Indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse

Chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires consolidé s'établit à 34 609 millions d'euros, en progression de 11,0% par rapport à 2020, notamment grâce à la forte dynamique du e-commerce bénéficiant aux activités Colis et Express, à l'intégration de nouvelles entités et de la consolidation de CNP Assurances sur une année complète.

La part du chiffre d'affaires réalisée à l'international atteint 41%.

Le retraitement des effets périmètre, s'élevant à +494 millions d'euros, portés essentiellement par La Banque Postale (+405 millions d'euros, liés principalement à une entrée de CNP Assurances dans le périmètre en mars 2020), la branche Grand Public et Numérique (+63 millions d'euros) et la branche Services-Courrier-Colis (+33 millions d'euros), et des effets de change défavorables de -29 millions d'euros résultant d'écarts se compensant partiellement (dont notamment +79 millions d'euros sur la livre sterling, -67 millions d'euros sur le réal brésilien et -16 millions d'euros sur le zloty polonais), fait ressortir une croissance organique[14] soutenue de 9,6 % à fin 2021.

Le groupe La Poste a réorganisé ses segments d'activité au 1er juillet 2021.

- la branche Services-Courrier-Colis comprend désormais les activités Courrier Entreprise, Colis BtoC, e-PAQ[15] et services de proximité et des filiales de diversification (Mediapost[16], Viapost[17], Silver & Santé[18] et les services de transition énergétique),

- la branche GeoPost intègre les activités de colis express en France et à l'international, et assure la gestion opérationnelle d'Asendia (depuis le 1er juillet) et les Nouveaux Services Urbains (logistique urbaine),

- la branche Grand Public et Numérique[19], nouvellement créée, regroupe le Réseau
La Poste, l'ex-branche Numérique, les activités Grand Public et les filiales Docaposte, LP11 et La Poste Service à La Personne.

Ces évolutions ont donné lieu à un retraitement des données sectorielles 2020.

   
31/12/2021
 
31/12/2020
(données retraitées)
Variations
  vs n-1 vs n-1 à périmètre et change constants
  en m€ en m€ en m€ en % en m€ en %
Services – Courrier – Colis 10 620 9 726 +894 +9,2 +862 +8,9
GeoPost 14 701 12 800 +1 901 +14,8 +1 869 +14,8
La Banque Postale 8 017 7 724 +293 +3,8 -59 -0,8
Grand Public et Numérique 6 723 6 251 +472 +7,6 +409 +6,5
Autres secteurs et intercos -5 452 -5 316 -135 +2,5 -121 +2,3
Chiffre d'affaires 34 609 31 185 +3 424 +11,0 +2 959 +9,6

En 2021, l'ensemble des branches contribue à la progression du chiffre d'affaires consolidé du Groupe.

Services-Courrier-Colis

Le chiffre d'affaires de la branche s'établit à 10 620 millions d'euros, en croissance de +9,2%. Hors effets périmètre et change (+32 millions d'euros), principalement dus à l'intégration de TimeOne et Budget Box, sa croissance organique atteint 8,9%.

  • Le chiffre d'affaires du Courrier Entreprise s'élève à 7 349 millions d'euros, en croissance organique de 6,2%. Cette évolution est induite en grande partie par la dotation annuelle allouée par l'Etat au titre de la compensation du Service Universel Postal, dont 303 millions d'euros ont été attribués au Courrier, et par un effet prix favorable de +150 millions d'euros résultant de l'augmentation tarifaire intervenue au 1er janvier 2021, de 3,4% en moyenne[20]. S'agissant des volumes, en baisse de 1,2%[21], un effet de rattrapage partiel de l'activité au premier semestre permet de compenser en partie l'érosion structurelle du trafic Courrier. Cette évolution se traduit par un effet volume hors mix produits de -54 millions d'euros.
    • L'activité Colis Entreprise (Colissimo BtoC et produits import[22]) génère un chiffre d'affaires de 2 253 millions d'euros (soit une croissance organique de 11,3%), s'appuyant sur le fort développement du e-commerce, notamment au premier semestre; la croissance significative des volumes de colis traités représente un effet volume à jours ouvrés équivalents de +7,8%. En 2021, le nombre d'objets commercialisés par la branche se situe à 455 millions[23].
    • Le chiffre d'affaires des Filiales s'établit à 1 018 millions d'euros, en forte croissance organique de +25,7 %. Cette dynamique s'appuie principalement sur la progression de +21,2%[24] du pôle Mediapost, liée à un rattrapage partiel de l'activité imprimé publicitaire et marketing direct digital (à l'arrêt durant le premier confinement en 2020), et sur la croissance du pôle Nouveaux Services (+61,0%). A noter enfin une hausse de 5,0% de La Poste Silver.

Au total, les activités des Nouveaux Services de proximité humaine pilotées par la Branche de Services-Courrier-Colis, atteignent 608 millions d‘euros de chiffre d'affaires, en croissance de +128 millions d'euros[25].

GeoPost

Le chiffre d'affaires de la branche atteint 14 701 millions d'euros, en forte progression de 14,8%. Les effets périmètre (+7 millions d'euros) et change (+25 millions d'euros) sont sans impact sur la croissance organique (+14,8%), dont le dynamisme provient des effets suivants :

  • Le chiffre d'affaires de GeoPost s'établit à 12 500 millions d'euros[26], en croissance organique de 13,6%, reflétant la forte hausse des volumes en 2021 : 2,1 milliards de colis ont été livrés sur la période (soit +14,1%), un niveau record favorisé par le développement du e-commerce au niveau mondial. La part du segment BtoC continue sa progression et représente 57,8% des volumes en 2021 (vs 55,2% en 2020).

L'ensemble des pays réalise une belle croissance de leur chiffre d'affaires en organique, notamment la France[27] (+13,9%), le Royaume-Uni (+11,5% malgré les impacts du Brexit), l'Italie (+13,9%), l'Allemagne (+9,6%) et la Pologne (+18,7%). Les Nouveaux Services Urbains affichent une très belle progression organique de 105 millions d'euros.

  • Bénéficiant également du fort dynamisme du e-commerce, Asendia génère un chiffre d'affaires de 2 178 millions d'euros, en forte hausse organique de +22,0%, soutenue par les excellentes performances de sa filiale eShopWorld.

La Banque Postale

Le Produit Net Bancaire (PNB) atteint 8 017 millions d'euros, en hausse de 3,8%. A périmètre et change constants, le PNB des métiers enregistre une croissance de +485 millions d'euros (+6,8%) qui s'analyse de la manière suivante :

  • Le PNB de la Bancassurance France (comprenant essentiellement les activités de la banque de détail, Ma French Bank et les filiales domestiques d'assurance vie et non vie) s'élève à 6 222 millions d'euros, en hausse de +11,9% (et de +5,6% à périmètre et change constants).

Dans un contexte de sortie de crise progressive, les dépôts à vue conservent une collecte soutenue (+4,4%), ainsi que, dans une moindre mesure, l'épargne ordinaire (+1,8%), malgré la faiblesse des rendements offerts. Les encours d'assurance-vie augmentent légèrement de 0,5%, à 122,8 milliards d'euros. La part de la collecte brute en unités de compte (UC) progresse de 9,6 points et atteint 29,1% des encours totaux.

Portés par la reprise de la consommation des ménages, les encours crédits immobiliers progressent de +4,3% (à 63,7 milliards d'euros), malgré le durcissement des critères d'octroi de crédits.

  • Le PNB de la Bancassurance International (CNP Assurances International) s'élève à 1 215 millions d'euros, en hausse de 13,3% (mais de +1,0% à périmètre et change constants), s'appuyant sur une bonne dynamique commerciale, notamment en Amérique Latine, avec la belle progression de Caixa Vida e Previdência (+28,5% à périmètre et change constants).
  • Le PNB de la Banque Patrimoniale et Gestion d'Actifs (rassemblant les activités de la Banque Patrimoniale BPE, La Banque Postale Asset Management, Tocqueville Finance et Ostrum[28]) s'élève à 296 millions d'euros, en progression de 2,3%. L'activité commerciale de BPE est bien orientée sur la période, tirée par la forte dynamique de l'épargne financière, de la gestion sous mandat et du crédit à l'habitat. Les encours d'épargne augmentent de 24,2%, à 5,9 milliards d'euros et les encours de crédit progresse de 12,4% à 4,4 milliards d'euros. Les encours de l'activité Gestion d'Actifs sont en hausse de 17% (à 60,2 milliards d'euros), bénéficiant d'un effet de marché positif et d'une hausse de la collecte.
  • Le PNB de la Banque de Financement et d'Investissement (activités personnes morales de la banque de détail, SFH et SCI et BFI notamment) s'élève à 1 066 millions d'euros, en hausse de 17,1%. L'encours de crédit aux personnes morales poursuit sa progression (+2,9%) atteignant 38,7 milliards d'euros.
  • Le Hors Pôles reprend les éléments comptables non directement liés aux métiers (retournement de PPA, contributions au FRU et au FGDR, management fees La Poste, plus-values ALM…).

Grand Public et Numérique

Le chiffre d'affaires de la branche s'établit à 6 723 millions d'euros, en progression de 7,6%. Après retraitement des effets de périmètre (+63 millions d'euros principalement liés à l'acquisition d'Index Education et de Boxtal), la progression organique s'inscrit à +6,5%.

La progression organique du pôle regroupant les activités commerciales s'élève à +10,7%, et s'appuie notamment sur :

- la hausse organique des activités Grand Public de +274 millions d'euros, incluant +174 millions d'euros de compensation annuelle liée au Service Universel Postal affectée à la branche ; la croissance additionnelle résulte d'un rattrapage lié à un effet de base favorable sur le courrier, durement impacté par crise sanitaire en 2020) et de la dynamique du colis tirée par le développement de contrats avec les petits commerçants ;

- la progression organique des activités Numériques (+60 millions d'euros), résultant principalement de celle de Docaposte (+42 millions d'euros) et portées par les activités de confiance numérique et de back office numérique.

Autres secteurs

Les autres secteurs et intercos comprennent l'Immobilier (dont le chiffre d'affaires s'élève à 824 millions d'euros, en léger retrait de 1,0%) et les supports et structures (dont le chiffre d'affaires s'élève à 1,26 milliard d'euros, en hausse de 5,2%), essentiellement internes au Groupe.

Résultat d'exploitation[29]

Le résultat d'exploitation consolidé 2021 s'établit à 3 431 millions d'euros, soit +282 millions d'euros. Les effets périmètre et change représentent +229 millions d'euros, essentiellement liés à l'intégration en mars 2020 de CNP Assurances dans le périmètre. Hors incidence de l'apport des titres de CNP Assurances (-3 007 millions d'euros) et dépréciation des actifs Courrier constaté en 2021, celui-ci s'élève à 2 531 millions d'euros.

   31/12/2021  31/12/2020
(données retraitées)
Variations
  Incidence apport titres CNP Assurances vs n-1
(hors incidence apport titres CNP Assurances)
vs n-1
à périmètre et changes constants
  en m€ en m€ en m€ en m€ en % en m€ en %
Services – Courrier – Colis 1 246 -1 034 +0 +2 279 n.s. +2 284 n.s.
GeoPost 1 057 848 +0 +209 +24,6 +187 +22,0
La Banque Postale 1 642 4 457 -3 007 +192 +13,2 -11 -0,8
Grand Public et Numérique 155 -244 +0 +400 n.s. +390 n.s.
Autres secteurs et intercos -669 -878 +0 +210 -23,9 +210 -23,9
Résultat d'exploitation 3 431 3 149 -3 007 +3 289 n.s. +3 060 n.s.
Résultat d'exploitation hors effets de première comptabilisation des titres CNPA et dépréciation des actifs Courrier 2 531 1 042   + 1 489 +142,9    
  • Services-Courrier-Colis : Le résultat d'exploitation s'établit à 1 246 millions d'euros, en amélioration de +2 284 millions d'euros en organique. Cette évolution s'explique par (i) la reprise de la totalité de la dépréciation des actifs Courrier constatée en 2020, pour un montant de 900 millions d'euros, consécutive aux perspectives de rentabilité plus favorables liées à la revalorisation de la compensation financière du Service Universel Postal accordée par l'Etat, (ii) la prise en compte de cette compensation au titre de 2021, et (iii) un rattrapage partiel des activités traditionnelles durement touchées en 2020 par les conditions très strictes du premier confinement.

L'activité Colis réalise également une belle performance avec un résultat d'exploitation en progression organique de 30,1% liée à l'augmentation exceptionnelle des volumes traités, notamment au cours du premier semestre, permettant d'optimiser les coûts.

Enfin, le résultat d'exploitation des Filiales progresse en organique de 31 millions d'euros, grâce en particulier à un effet de rattrapage d'activité de Mediapost.

  • La branche GeoPost génère un résultat d'exploitation de 1 057 millions d'euros en forte hausse de 24,6%, portée par la forte croissance du e-commerce mondial. Après retraitement d'effets périmètre et change limités (+22 millions d'euros), la croissance organique du résultat d'exploitation s'élève à +22,0%, principalement générée par la hausse des volumes et l'optimisation des coûts des activités de GeoPost[30].
  • La contribution de La Banque Postale au résultat d'exploitation du groupe s'élève à 1 642 millions d'euros, soit une légère baisse de 11 millions d'euros hors incidence de la première comptabilisation de l'apport des titres de CNP Assurances constatée en 2020 (d'un montant de +3 007 millions d'euros) et à périmètre et change constants, mais progresse de +116 millions d'euros, retraitée de l'impact des accords de distribution. La marge nette d'intérêts[31] se contracte (-0,9%[32]) sous l'effet de la poursuite de l'érosion des marges dans un contexte de taux bas. Les frais de gestion des métiers augmentent de 5,0 % en raison notamment, de la hausse des charges de distribution au Brésil et de la poursuite du programme de transformation, digitalisation et de développement. Le coût du risque s'élève à -268 millions d'euros, inférieur de -406 millions d'euros au niveau de fin 2020. Rapporté aux encours de crédit, il se situe à un niveau bas de 16 points de base[33].
  • Les activités Grand Public et Numérique génèrent un résultat d'exploitation de 155 millions d'euros, en hausse de 400 millions d'euros (dont +10 millions d'euros d'effets périmètre). Cette progression repose essentiellement sur la reprise des activités commerciales (Courrier, Colis, Numérique) et la compensation accordée par l'Etat du Service Universel Postal.
  • Autres secteurs

Les résultats d'exploitation des branches sont ajoutés à ceux des autres secteurs (supports et structures, « non affecté », comprenant notamment le coût des missions de Service Universel Postal et d'aménagement du territoire et les charges liées aux dispositifs de fin de carrière transverses au groupe) pour obtenir le résultat consolidé du Groupe. Au global, le résultat d'exploitation des autres secteurs enregistre une variation positive de +194 millions d'euros (dont +14 millions pour l'Immobilier, +43 millions d'euros de compensation accordée par l'Etat en lien avec la mission de Service Universel Postal et une régularisation d'arriérés sur le Taux d'Equité Concurrentiel (TEC) d'un montant de +81 millions d'euros).

Résultat net

Le résultat net part du Groupe atteint 2 069 millions d'euros, stable par rapport à 2020. Hors incidence de l'apport des titres de CNP Assurances (-3 600 millions d'euros), dépréciation des actifs Courrier constatée en 2020 et dépréciation des impôts différés actifs, celui-ci s'élève à 1 169 millions d'euros, en hausse de 1 487 millions d'euros. Cette évolution résulte pour l'essentiel de la hausse du résultat d'exploitation détaillée ci-dessus. Par ailleurs, la charge globale de 202 millions d'euros que représente le résultat financier s'allège de 41 millions d'euros par rapport à 2020 (malgré une légère augmentation de la charge nette d'intérêt de 4 millions d'euros). Enfin, la charge d'impôt baisse de 321 millions d'euros à périmètre et change constants consécutivement à la dépréciation des impôts différés actifs du périmètre intégré fiscalement enregistrée en 2020 à hauteur de 298 millions d'euros.

Free cash flow

Le Free cash flow généré à fin 2021 s'élève à +248 millions d'euros (vs -510 millions d'euros à fin 2020). Cette amélioration de 758 millions d'euros est liée pour l'essentiel aux effets conjugués de l'amélioration de l'excédent brut d'exploitation (hors banque) principalement portée par les branches Services-Courrier-Colis, Grand Public et Numérique et GeoPost, à des écarts favorables (+66 millions d'euros) sur provisions RH et sur le montant des dividendes reçus des sociétés mises en équivalence (+190 millions d'euros).

Investissements

Le Groupe (hors La Banque Postale) a procédé à 2,7 milliards d'euros d'investissements. Ceux -ci comprennent :

  • Des investissements internes à hauteur de 1,3 milliard d'euros en 2021, vs 1,1 milliard d'euros en 2020, dont principalement :
  • 249 millions d'euros pour la branche Services–Courrier–Colis (-38 millions d'euros vs 2020) principalement dédiés à la poursuite du développement du schéma directeur industriel et informatique du Colis;
  • 562 millions d'euros pour GeoPost (+196 millions d'euros vs 2020). Les projets se concentrent sur le développement de l'express et des capacités de traitement de la livraison en BtoC en constante augmentation; les projets les plus importants sont la construction de Hubs (Benelux, DPD France et Chronopost) et de dépôts (Allemagne, UK, DPD France et Chronopost) ;
  • 102 millions d'euros au profit de la branche Numérique (+22 millions d'euros vs 2020) concentrés sur la digitalisation du Groupe en France; et
  • 212 millions d'euros au profit du pôle Immobilier (-3 millions d'euros vs 2020) dans son rôle d'accompagnement des branches dans leurs projets immobiliers.
  • Des opérations de croissance externe[34] s'élevant à 1,4 milliard d'euros, vs 0,8 milliard d'euros en 2020.

Dette nette[35] et structure financière

La dette nette s'élève à 10 233 millions d'euros à fin 2021 (dont 3 760 millions d'euros de passifs de location), en hausse de 1 431 millions d'euros par rapport à fin 2020. Son évolution est fortement corrélée au flux net de financement de la croissance externe5 (-1 449 millions d'euros), à la variation des dettes de location financement (-251 millions d'euros, dont la majeure partie provient de la croissance externe) et au free cash-flow généré (+248 millions d'euros),

Les capitaux propres consolidés part du Groupe s'élèvent à 20 932 millions d'euros. Ils progressent de 2 543 millions d'euros par rapport à fin 2020.

En conséquence, le ratio dette nette/capitaux propres s'établit à 48,9%, vs à 47,9% à fin 2020.

La notation financière du groupe La Poste a évolué favorablement lors de la dernière revue par Standard & Poor's et Fitch Ratings :

  Notation long et court terme Perspective Date de révision
Standard & Poor's A+ / A-1 Stable 4/11/2021
Fitch Ratings A+ / F1+ Stable 7/12/2021

Perspectives

En 2022, le groupe poursuivra la mise en œuvre de son plan stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous » afin de progresser vers son objectif d'être une entreprise en croissance rentable, qui réussit sa transformation vers un modèle économique pérenne.

Dans un contexte économique encore en évolution au début de l'année 2022, porteur d'un mouvement de remontée des taux, de tensions inflationnistes et d'un renchérissement du prix de certaines matières premières comme le pétrole, le groupe La Poste continuera de consolider le socle de ses activités historiques, tout en développant ses moteurs de croissance - le colis et l'express, la bancassurance - au travers notamment d'acquisitions ciblées visant notamment à l'expansion géographique de ces activités. Le Groupe préparera également le nouveau contrat de présence postale.

Au premier semestre 2022, de nouvelles étapes majeures dans le processus de transformation du groupe devraient se concrétiser au travers notamment de :

- la réalisation par la Banque Postale de l'offre publique d'achat simplifiée sur les actions constituant le flottant résiduel du capital de CNP Assurances, qui pourrait être suivie, si les conditions sont réunies, d'un retrait de cote de l'ensemble des titres,

- le lancement d'un nouvel investissement industriel de 450 millions d'euros sur 4 ans, second volet du plan logistique Colissimo en France, pour faire face à la forte augmentation du nombre de colis[36].

Désormais entreprise à mission, le Groupe continuera à donner des preuves de sa responsabilité citoyenne, sociale et sociétale. En matière de transition énergétique, il poursuivra l'électrification de sa flotte de véhicules, ainsi que l'accompagnement des métropoles pour déployer des solutions de logistique urbaine durable.

Annexes

Annexe 1 : Incidences de la première comptabilisation des titres CNP Assurances sur les données comparables au 31 décembre 2020

La réalisation de l'opération de rapprochement entre La Poste et la Caisse des Dépôts, et La Banque Postale et CNP Assurances a été finalisée lors de l'assemblée générale de La Poste, tenue le 4 mars 2020, par voie d'apport par l'Etat et la Caisse des Dépôts à La Poste, puis par celle-ci à La Banque Postale, de leurs participations respectives de 1,1 % et 40,9 % dans CNP Assurances.

Le traitement de l'opération dans les comptes consolidés est régi par la norme IFRS 3 sur les regroupements d'entreprises qui prévoit :

- la valorisation des apports au cours de bourse au jour de l'opération (13,97€)

- la réévaluation/dévaluation de la participation antérieurement détenue en fonction de ce même cours de bourse

- la comptabilisation d'un goodwill/badwill égal à la différence entre la totalité de la participation détenue, soit 62,1%, valorisée au cours de bourse et la quote-part du Groupe dans l'actif net de CNP Assurances évaluée à sa juste valeur au jour de l'opération.

Par ailleurs, les résultats latents de CNP Assurances doivent être reclassés en résultat au moment de la réalisation de l'opération à hauteur de la participation antérieure du Groupe (20,15%).

Au jour de sa réalisation, cette opération a ainsi généré les impacts suivants sur les comptes du premier semestre 2020 :

1. Augmentation des capitaux propres de 4 027 millions d'euros,

2. Dépréciation de la valeur des titres précédemment mis en équivalence, soit -1 571 millions d'euros,

3. Constatation d'un badwill de 4 578 millions d'euros,

  • soit un montant global (2+3) de 3 007 millions d'euros constaté en résultat d'exploitation ;

5. Reclassement en compte de résultat de la quote-part du Groupe dans les résultats latents de CNP Assurances, générant un produit de 594 millions d'euros,

  • soit un montant global (2+3+4) de 3 600 millions d'euros constatés en Résultat net part du groupe.

Annexe 2 : Définition des indicateurs alternatifs de performance

L'EBITDA ajusté est composé des produits opérationnels du périmètre hors La Banque Postale, desquels sont soustraites les charges de fonctionnement et charges de personnel, hors dotations aux dispositifs de fin de carrière, de ce même périmètre hors La Banque Postale, complété par les dividendes reçus des sociétés mise en équivalence et de
La Banque Postale au cours de la période, au titre des résultats de l'année précédente.

L'évolution à périmètre et change constants (évolution organique) résulte de la différence entre le résultat obtenu au cours de la période et celui d'une période comparative, après retraitement de l'incidence des acquisitions et cessions survenues entre temps sur chacune des périodes. Les périodes comparées sont ainsi retraitées à périmètres de consolidation identiques. Les transactions en devises de la période comparative ont été valorisées au taux moyen de la période de référence.

Le free cash-flow est constitué des éléments suivants : (i) EBITDA ajusté, composé de l'ensemble des produits opérationnels du périmètre hors La Banque Postale, duquel sont retranchées les charges de fonctionnement et charges de personnel, hors dotations aux dispositifs de fin de carrière (de ce même périmètre hors La Banque Postale), complété par les dividendes reçus des sociétés mises en équivalence et dividendes reçus de La Banque Postale au cours de la période au titre des résultats de l'année précédente, (ii) variation du besoin en fonds de roulement, (iii) flux de trésorerie sur achats d'actifs corporels et incorporels nets des cessions d'actifs correspondantes, (iv) flux de trésorerie liés aux impôts, (v) intérêts financiers nets versés, (vi) remboursements des passifs de location et charges d'intérêts sur passifs de location. Chacun des agrégats du free cash-flow est additionné pour sa valeur en termes de flux de trésorerie (positif pour les entrées de cash et négatif pour les sorties de cash).

La dette nette comprend l'ensemble des dettes financières courantes et non courantes diminué de la trésorerie et des équivalents de trésorerie, ainsi que des instruments dérivés liés au financement du Groupe. Elle comprend également la dette financière née de l'application de la norme IFRS 16 portant sur les contrats de location, les placements financiers court-terme sans risque de changement de valeur significatif mais dont l'échéance à la date de souscription est supérieure à trois mois à l'origine et la créance financière nette envers La Banque Postale.

La dette nette du groupe ne prend pas en compte La Banque Postale pour laquelle ce concept n'est pas pertinent.

Le ratio dette nette/capitaux propres est obtenu en rapportant la dette nette aux capitaux propres part du groupe.

Ratios calculés uniquement pour La Banque Postale

Le coefficient d'exploitation se calcule en divisant les frais de gestion par le produit net bancaire corrigé des intérêts douteux. Les frais de gestion représentent la somme des charges générales d'exploitation et des dotations nettes aux amortissements et dépréciations des immobilisations corporelles et incorporelles.

Le ratio Common Equity Tier 1 est le fruit du calcul des Fonds propres de base de catégorie 1 (CET 1) rapportés au montant total d'exposition au risque (i.e. au total des actifs pondérés par les risques – RWA – au titre du risque de crédit et de contrepartie, risque de marché et risque opérationnel). Il constitue la référence permettant au superviseur d'apprécier la solvabilité d'un établissement bancaire.

Le ratio Liquidity Coverage Ratio (LCR) est un ratio mensuel de liquidité à court terme qui mesure la capacité de la banque à résister pendant 30 jours à une dégradation sévère de sa situation dans un contexte de choc systémique. En cible, il doit être supérieur à 100%. Ce ratio est calculé en divisant la somme des actifs liquides de qualité et libres de tout engagement par le besoin de liquidités sous stress à horizon de 30 jours.

NSFR[37] : Montant du financement stable disponible rapporté au montant du financement stable requis. Ce ratio devrait en permanence être au moins égal à 100%.

Ratio calculé uniquement pour CNP Assurances

Le taux de couverture du SCR se calcule en divisant les fonds propres éligibles à la couverture du SCR par le SCR. Il permet de mesurer la solvabilité pondérée par les risques : plus le taux de couverture du SCR est élevé, plus l'assureur est en mesure d'absorber des pertes potentielles.

_____________________________

Les comptes consolidés du groupe La Poste sont mis en ligne ce jour sur le site https://www.groupelaposte.com / nos informations financières / publications.

RELATIONS PRESSE
Virginie Gueidier
virginie.gueidier@laposte.fr

RELATIONS INVESTISSEURS
Stéphane Dalla Sartora
stephane.dalla-sartora@laposte.fr


[1] Dans l'ensemble du communiqué de presse, le terme chiffre d'affaires désigne l'ensemble des produits opérationnels du groupe, composés du chiffre d'affaires des activités industrielles et commerciales, et du produit net bancaire de La Banque Postale (intégrant le produit net des activités de CNP Assurances).

[2] Après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

[3] A fin 2020, l'effet de première comptabilisation des titres CNPA représente +3,0 Mds€ sur le résultat d'exploitation et le montant de la dépréciation des actifs du Courrier s'élève à -900m€ ; à fin 2021 le montant de la reprise de provision pour dépréciation des actifs Courrier s'élève à +900m€.

[4] A fin 2020, l'effet de première comptabilisation des titres CNPA représente +3,6 Mds€ sur le résultat net part du groupe, le montant de la dépréciation des actifs du Courrier s'élève à 900 m€ et le montant des impôts différés actifs s'élève à -298m€ € ; à fin 2021 le montant de la reprise de provision pour dépréciation des actifs Courrier s'élève à +900m€.

[5] Définition présentée dans le paragraphe « Indicateurs alternatifs de performance » en annexe du présent communiqué de presse.

[6] Année 2020 retraitée suite à l'entrée en vigueur d'IFRS IC en mai 2021, impactant le calcul d'avantages postérieurs à l'emploi.

[7] Croissance des volumes cumulés colis, express et e-pacq.

[8] Asendia, actionnaire majoritaire d'eShopWorld (eSW) depuis 2017, est détenue à 60% par le groupe La Poste et à 40% par Swiss Post.

[9] La participation de La Banque Postale (LBP) au capital de CNP Assurances (CNPA) est désormais de 78,9%. LBP prévoit de déposer auprès de l'Autorité des Marchés Financiers au premier semestre 2022 une offre publique d'achat simplifiée sur les 21,1% du capital de CNPA qu'elle ne détient pas, suivi d'un retrait obligatoire si les conditions de mise en œuvre sont réunies.

[10] Ces modifications d'organisation sont entrées en vigueur au 1er juillet 2021.

[11] Le 22 juillet 2021, l'Etat s'est engagé à verser à La Poste une dotation annuelle au titre du Service Universel Postal de 500 à 520 m€, sur la période 2021-2025, en fonction de la qualité de service.

[12] Organisme indépendant de référence piloté par quatre organisations internationales

[13] Nouveaux services et Silver-Santé

[14] Définition présentée dans le paragraphe « Indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse.

[15] Précédemment appelés « petits paquets import » ou « ppi »

[16] Marketing direct et data marketing

[17] Solutions de logistique et e-logistique

[18] Silver économie et prestations de santé à domicile

[19] Au 1er juillet 2021 avec effet rétroactif au 1er janvier 2021

[20] Sur la base de chiffre d'affaires donnant lieu à trafic sur le périmètre clients « Entreprises ».

[21] A jours ouvrés équivalents, sur la base du chiffre d'affaires donnant lieu à trafic sur le périmètre clients « Entreprises ».

[22] L'activité Colissimo CtoC relève désormais de la nouvelle branche Grand Public et Numérique.

[23] Après transfert des activités Grand Public à la branche Grand Public et Numérique ; au total (périmètres SCC + BGPN), le nombre d'objets distribués par Colissimo s'élève à 505 millions en 2021, en croissance de 7,2%.

[24] Progression organique

[25] Aux bornes du Groupe, les activités Grand Public (BSCC + BGPN), le chiffre d'affaires s'établit à 642 m€ en 2021 et 509 m€ en 2020.

[26] Dont les Nouveaux Services Urbains.

[27] Evolution organique des chiffres d'affaires cumulés de Chronopost France et DPD France.

[28] La Banque Postale Asset management détient une participation de 45% dans Ostrum.

[29] Les résultats d'exploitation (Groupe et branches) sont présentés après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint dans l'ensemble de ce communiqué.

[30] Hors Asendia

[31] Retraitée des plus-values ALM réalisées au S1 2020

[32] Retraité des plus-values ALM

[33] Coût du risque de crédit de la banque commerciale rapporté aux encours de début de période.

[34] i.e. solde net des flux liés à la croissance externe et aux actifs financiers

[35] Hors Banque Postale pour laquelle ce concept n'est pas pertinent

[36] Cet investissement constitue le second volet du plan logistique démarré en 2018 : avec un investissement total de 900 m€, La Poste a pour ambition de trier et de livrer 1 milliard de Colissimo par an d'ici 2030.

[37] Net Stable Funding Ratio : ce ratio structurel de liquidité à long terme garantit que les banques disposent de suffisamment de ressources « stables » (ie de maturité initiale > 1 an) pour financer leurs activités.


Cette publication dispose du service " 🔒 Actusnews SECURITY MASTER ".
- SECURITY MASTER Key : xmprlphpkmianW1wk5xsa2mUZmlikpSXl2Sdl2holJ/HmpphnG2XmseWZnBkmGpp
- Pour contrôler cette clé : https://www.security-master-key.com.



  Original Source : LA POSTE