Actusnews Wire - Diffuseur professionnel d'information corporate et réglementée, autorisé par l'AMF et le CSSF.

  Communiqué de la société LA POSTE du 22/02/2018

  22/02/2018 - 16:00

Résultats annuels 2017 - Le Groupe La Poste


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, le 22 février 2018

Résultats 2017 du groupe la poste

Des résultats solides :

croissance du chiffre d'affaires et du résultat d'exploitation,

portée par le développement et la conquête de nouveaux marchés.

Le Conseil d'administration de La Poste, réuni ce jour sous la présidence de Philippe Wahl, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour l'exercice 2017.

  • Produits opérationnels : 24 110 millions d'euros, en progression de 3,5% (+2,5% à périmètre et change constants)
  • Résultat d'exploitation[1] : 1 012 millions d'euros, en croissance de 3,8% (+6,4% à périmètre et change constants)
  • Résultat net part du Groupe : 851 millions d'euros, en hausse de +0,3% (+0,4% à périmètre et change constants)
  • Indicateur de santé économique[2] : 436 millions d'euros (+202 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2016)
  • Dette nette[3] : 3 820 millions d'euros (+101 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2016)
  • Ratio dette nette3 / capitaux propres : 0,34 (stable par rapport au 31 décembre 2016)

En 2017, le chiffre d'affaires consolidé du Groupe La Poste s'est élevé à 24 110 millions d'euros, en croissance de 3,5%, et son résultat d'exploitation a atteint 1 012 millions d'euros, en progression de 3,8%.

Cette bonne performance témoigne de l'engagement du Groupe en faveur de son développement et de la maîtrise de ses coûts. Elle résulte notamment d'une bonne résistance de la Branche Services-Courrier-Colis, favorisée par l'essor des nouveaux services et la croissance du colis ; d'un fort développement de l'express (GeoPost) et de la branche Numérique ainsi que d'une bonne tenue des activités de La Banque Postale.

La montée en puissance des nouvelles activités, axées sur la proximité et l'adaptation aux modes de vie et à l'évolution de la société est illustrée par les offres « Veiller sur mes parents » ou le passage de « l'examen du code la route ». La conquête de nouveaux marchés s'est accélérée à travers une politique active de croissance externe, à laquelle le Groupe a consacré 677 millions d'euros, essentiellement dans le secteur de l'express, mais aussi dans ceux de la Silver Economie, des services de proximité ou du numérique ; il a notamment pris une participation dans BRT4 et fait l'acquisition d'Asten Santé4 et d'Ametix[4]. Il a enfin dédié 1 352[5] millions d'euros à des investissements, pour le développement de ses activités.

Parallèlement, Le Groupe a préparé, avec l'Etat, le nouveau contrat d'entreprise qui fixe les objectifs et modalités d'exécution de ses missions de service public pour la période 2018-2022. Ce contrat a été signé le 16 janvier 2018. L'année 2017 a également conduit, avec l'accord préalable de l'Arcep, à la révision du plafond tarifaire 2018 des tarifs de prestation du service universel postal et à la fixation de leur encadrement pluriannuel entre 2019 et 2022. Ces décisions confirment l'attachement des autorités à la soutenabilité et la pérennité des missions de service public attribuées à La Poste.

Sur le plan social, 12 nouveaux accords ont été conclus, dont l'accord « Facteurs 2017 » relatif à l'amélioration des conditions de travail et l'évolution des métiers de la distribution et des services des facteurs et de leurs encadrants. Ces accords reflètent l'intensité du dialogue social en place dans l'entreprise. Le déploiement des programmes de formation s'est également poursuivi, permettant à plus de 84% des postiers de bénéficier d'une formation au cours de l'année, soit le taux le plus élevé jamais enregistré. 

Enfin, La Poste a poursuivi ses actions en matière d'engagement sociétal et de transition énergétique. Sa démarche a notamment été récompensée par une amélioration de ses notations extra-financières.

Toutes ces actions témoignent de l'engagement du Groupe à favoriser le lien social et l'intérêt général, à offrir à ses collaborateurs les moyens d'accomplir leurs missions et de développer de nouveaux savoir-faire, à encourager le développement responsable tout en assurant la pérennité de ses activités.

Philippe Wahl a tenu à saluer et remercier l'ensemble des postiers pour leur engagement au quotidien et leur très forte implication au service des clients et de la transformation du Groupe. La qualité de ces résultats se traduit par la croissance de la prime d'intéressement versée pour un montant identique à chaque postier, quels que soient son statut, son métier ou son niveau de rémunération.

Chiffres clés au 31 décembre 2017

Le Groupe La Poste

      Evolution
(En millions d'euros) 31/12/2017 31/12/2016 publiée à périmètre et
change constants
   
Performance opérationnelle du Groupe        
Produits opérationnels 24 110 23 294 +3,5% + 2,5%
Résultat d'exploitation
(après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint)
 
 
1 012 975 +3,8% + 6,4%
Marge opérationnelle 4,2% 4,2% 0,0pt +0,2pt
Résultat financier -168 -169 -0,7% -
Impôt sur le résultat -248 -104 n.s -
Résultat net part du Groupe 851 849 +0,3% +0,4%
Marge nette 3,5% 3,6% -0,1pt -0,1pt
Indicateur de santé économique[6] 436 233 +202m€  
         
Structure financière        
         
Dette nette (DN)[7] 3 820 3 719 +101m€  
Capitaux Propres part du Groupe (CP) 11 364 10 917 +447m€  
DN/CP 33,6% 34,1% -0,5pt  
         
Ratios clés de La Banque Postale        
  xx      
Ratio Common Equity Tier One[8]  13,1% 13,7% -0,6pt  
Ratio « Crédits/Dépôts »[9] 81% 74% +6,9 pt  

Produits opérationnels

Les produits opérationnels consolidés du Groupe La Poste s'établissent à 24 110 millions d'euros, en progression de +3,5% (+2,5% à périmètre et change constants). L'effet périmètre de +297 millions d'euros, qui provient essentiellement de GeoPost (+221 millions d'euros) et, dans une moindre mesure des filiales de la branche Services-Courrier-Colis, de la branche Numérique et de La Banque Postale, est atténué par un effet change défavorable de -69 millions d'euros (principalement attribuable à la livre sterling).

L'ensemble des branches contribue favorablement à la progression, particulièrement soutenue par la croissance dynamique de GeoPost et de la branche Numérique, la bonne tenue des activités de la Banque Postale et la légère hausse de la branche Services-Courrier-Colis.

Par branche :

(En millions d'euros) 31/12/2017 31/12/2016  Evolution
Publiée A périmètre et change constants
         
Services-Courrier-Colis 11 424 11 354 +0,6% 0,0%
GeoPost 6 816 6 166 +10,5% +8,2%
La Banque Postale 5 687 5 602 +1,5% +2,0%
Numérique 672 609 +10,4% +5,7%
Autres secteurs et intercos -489 -436 +12,2% +12,0%
PRODUITS OPERATIONNELS 24 110 23 294 +3,5% +2,5%

Le chiffre d'affaires de la branche Services-Courrier-Colis s'inscrit, pour la première fois depuis 2009, en légère hausse de 0,6% à 11 424 millions d'euros.

La légère diminution du chiffre d'affaires du Courrier reflète la poursuite de la baisse structurelle des volumes de courrier adressé (-6,8%[10]), compensée par plusieurs impacts favorables, incluant l'augmentation tarifaire intervenue au 1er janvier 2017 à hauteur de 3,2%[11] en moyenne (+253 millions d'euros), la croissance des flux internationaux (+45 millions d'euros) et la stabilisation du courrier publicitaire[12].

Les Services de proximité prennent le relais, soutenus d'une part par la croissance des activités des filiales[13], notamment celles de la Silver Economie (+67 millions d'euros), et d'autre part par la contribution croissante des nouveaux services (en hausse de 38 millions d'euros, dont +15 millions d'euros au titre de l'examen du code de la route).

Le chiffre d'affaires du Colis progresse pour sa part de 89 millions d'euros (+5,4%) à 1 748 millions d'euros, grâce à la forte hausse des volumes (+8,1%[14]) qui atteignent 318 millions de colis (essentiellement des flux BtoC domestique), à un niveau inégalé.

Le chiffre d'affaires de la branche GeoPost[15] augmente de 650 millions d'euros à 6 816 millions d'euros, soit +10,5%. Il est soutenu par la forte croissance des volumes, avec 1 228 millions de colis livrés, représentant une hausse de +9,8%[16] par rapport à 2016, ainsi que par d'autres effets favorables dont la surcharge carburant et un effet prix légèrement positif. Le chiffre d'affaires est également soutenu par la politique active de croissance externe (+221 millions d'euros liés aux impacts périmètre provenant de la consolidation en 2017 des sociétés Jadlog au Brésil et SPSR en Russie). A périmètre et change constants, la hausse du chiffre d'affaires est de +8,2%. Tous les pays contribuent favorablement à cette progression, notamment le Royaume-Uni (+11%), la France (+6,3%), la Pologne (+18,3%) ou la Russie (+13,7%).

La branche La Banque Postale enregistre un Produit Net Bancaire (PNB) de 5 687 millions d'euros, en progression de 1,5% (+3,4% à périmètre constant[17] et après retraitement de la provision épargne logement[18]). Pour rappel, le PNB 2016 incluait une plus-value de 107 millions d'euros, en contrepartie de la cession des titres Visa Europe. Le PNB 2017 inclut pour sa part l'enregistrement rétroactif au titre de 2016 du rehaussement de la compensation au titre de la Mission d'Intérêt Général[19] pour l'accessibilité bancaire (MIG) pour 130 millions d'euros.

Le PNB du pôle Banque de détail affiche une hausse de 1,5% (+3,0% hors provision épargne logement) à 5 320 millions d'euros. La marge nette d'intérêts retraitée de la provision épargne logement progresse de 45 millions d'euros, grâce à la hausse des revenus des financements aux personnes morales reflétant le développement de La Banque Postale sur ce marché. Le rehaussement de la compensation au titre de la mission d'intérêt général permet d'atténuer la poursuite du recul du rendement des crédits immobiliers (impact des taux d'intérêt bas et effets des renégociations et remboursements anticipés). Les commissions connaissent une progression de +4,1%, fruit de la poursuite du développement de l'équipement de la clientèle ainsi que des adaptations tarifaires. Au total, les encours de crédit progressent de 12,0%, dont une hausse de 43,5% pour les encours de crédit aux personnes morales, de 2,6% pour les encours de crédit à la consommation et 4,8% pour les encours de crédit immobilier. Le développement des canaux de vente à distance et les évolutions dans la distribution des crédits immobiliers au sein du Réseau y contribuent.

Le PNB du pôle Gestion d'actifs de 145 millions d'euros progresse de 6,3% après retraitement de l'effet périmètre lié à la sortie de Ciloger17. Les encours du pôle atteignent 218 milliards d'euros fin 2017, en progression de 15%, bénéficiant notamment du nouveau mandat confié au cours de l'été par CNP Assurances à La Banque Postale Asset Management (24 milliards d'euros d'encours). La nouvelle gamme Allocation Flexible lancée en mai 2016 par La Banque Postale Asset Management dans le cadre de son partenariat avec Aegon Asset Management, confirme son succès (avec des encours sous gestion de 1,9 milliard d'euros à fin 2017).

Le PNB du pôle Assurances augmente de 12,1% à 222 millions d'euros. Cette hausse est à la fois attribuable à la progression des portefeuilles de contrats des filiales IARD (+8%) et Santé (+19%) reflétant la stratégie d'équipement de la clientèle de la Banque, et à l'amélioration générale du ratio sinistres sur primes.

La branche Numérique voit son chiffre d'affaires s'apprécier de 10,4% à 672 millions d'euros (+5,7% à périmètre et change constants). Les activités du pôle Docapost, spécialisé sur la transformation numérique des entreprises, progressent de 44 millions d'euros (+9,7%), particulièrement sur les plateformes digitales et la dématérialisation des processus métiers. A noter un impact favorable de 25 millions d'euros lié aux acquisitions (Fast, Applicam, Ametix et Localeo) intervenues en 2016 et 2017. De leur côté, les ventes en ligne ont progressé, avec une hausse de 12% du chiffre d'affaires du site www.laposte.fr, et l'activité de l'assistant personnel numérique Digiposte et des services associés s'est renforcée (2,2 millions de comptes ouverts à fin 2017). Enfin, le pôle Mediapost Communication affiche un léger recul de 2 millions d'euros[20], lié à une baisse des revenus publicitaires.

La branche Réseau accompagne le développement commercial des branches[21]. En 2017, le Réseau a poursuivi l'adaptation de son organisation et de ses métiers pour placer toujours plus de pouvoir de décision et d'expertise en proximité de ses clients, notamment dans le domaine bancaire. L'amélioration des parcours clients, la numérisation des points de service et l'ajustement de leurs formats traduisent la volonté d'adaptation aux nouveaux usages des clients. Des investissements ont été réalisés en équipements et rénovation des principaux bureaux. Les « La Poste Relais Urbain », structures souples et adaptées aux besoins des citadins, sont désormais 1 200, et 504 «Maisons de service au public» sont ouvertes.

La Poste Mobile a poursuivi sa croissance sur un marché mature et très concurrentiel. Elle dispose d'un parc de près de 1,4 million de lignes au 31 décembre 2017, en progression de 6,4% grâce à la commercialisation de 515 000 nouvelles lignes sur l'exercice. Elle a aussi élargi son offre, incluant le lancement d'une offre mobile pour les professionnels.

Résultat d'exploitation[22]

Le résultat d'exploitation consolidé du Groupe s'est établi à 1 012 millions d'euros, en hausse de +3,8% (+6,4% à périmètre et change constants). Retraité des éléments exceptionnels[23] comptabilisés en 2016 et 2017 et des effets change et périmètre, le résultat d'exploitation progresse de 12,6%.

(En millions d'euros) 31/12/2017 31/12/2016  Evolution
Publiée A périmètre et change constants
         
Services-Courrier-Colis 600 584 +2,7% +2,5%
GeoPost 430 438 -1,8% +1,5%
La Banque Postale 870 834 +4,4% +6,4%
Numérique -20 -6 n.s n.s
Supports et structures et autres -183 -130 +40,4% +40,4%
Non affecté et éliminations -686 -745 -7,8% -7 ,8%
RESULTAT D'EXPLOITATION 1 012 975 +3,8% +6,4%

Le résultat d'exploitation de la branche Services-Courrier-Colis est en hausse de 2,7% à 600 millions d'euros (+2,5% à périmètre et change constants). La décroissance des volumes de courrier est compensée par la bonne activité enregistrée dans les différents pôles (et spécialement sur le colis et les filiales de marketing direct), les efforts de maîtrise des coûts et la mise en œuvre de synergies entre le Courrier et le Colis.

Le résultat d'exploitation de GeoPost, en baisse de 1,8%, progresse de +18,2% à périmètre et change constants et hors revalorisation de titres dans le cadre de l'acquisition en 2016 des 50% restants d'Armadillo en Russie. Il bénéficie à la fois de la progression des volumes et de la maîtrise continue des coûts.

La contribution de La Banque Postale au résultat d'exploitation du Groupe progresse de de 4,4% (+6,4% à périmètre constant). Elle comprend des frais de gestion en hausse modérée de 0,8%, incluant les coûts induits par les effets de la transformation des systèmes d'information et du soutien au développement des filiales. Le coefficient d'exploitation atteint en conséquence 81,8%. Le coût du risque reste pour sa part maîtrisé à 192 millions d'euros et, rapporté aux encours, à un niveau toujours très bas de 22 points de base, malgré une croissance des encours de crédit de +12,0%. A noter que le résultat d'exploitation incluait en 2016 la plus-value de 107 millions d'euros réalisée en contrepartie de la cession des titres Visa Europe et inclut en 2017 le rehaussement rétroactif au titre de 2016 de la compensation MIG pour 130 millions d'euros[24].

Le résultat d'exploitation de la branche Numérique s'inscrit à -20 millions d'euros, en recul de 13 millions d'euros, en raison de dépréciations d'actifs pour un montant de 20 millions d'euros.

Des résultats des branches sont déduits les coûts nets de la présence postale ainsi que les coûts des directions supports et services de siège pour obtenir le résultat d'exploitation consolidé du Groupe.

Résultat net

Le résultat net part du Groupe atteint 851 millions d'euros, en légère hausse de 0,3%. Cette évolution s'explique par trois facteurs concomitants. Le résultat financier (-168 millions d'euros) est quasiment stable (-169 millions d'euros en 2016). L'impôt sur les sociétés affiche une progression à 248 millions d'euros (à comparer à 104 millions d'euros en 2016, montant particulièrement faible cette année-là du fait de produits non taxables). Enfin, la quote-part de résultat des entreprises mises en équivalence, qui s'établit à 297 millions d'euros, progresse de 106 millions d'euros (dont 68 millions d'euros en provenance de CNP Assurances et 31 millions d'euros en provenance de BRT).

Investissements et croissance externe

Le Groupe La Poste accélère son rythme de développement, avec 1 352[25] millions d'euros consacrés à ses investissements et 677 millions d'euros à sa croissance externe. Ces montants, en croissance par rapport aux années antérieures, témoignent de son engagement résolu en faveur de sa transformation.

Investissements

Le Groupe a ainsi réalisé 1 35225 millions d'euros d'investissements au cours de l'année 2017. La branche Services-Courrier-Colis a consacré 274 millions d'euros à ses investissements incluant la mécanisation de ses plateformes colis, le développement de ses filiales (notamment Silver Economie) et des opérations de mutualisation des plateformes courrier/colis. GeoPost a pour sa part investi 260 millions dans ses projets de développement et dans l'entretien et la maintenance de ses dépôts et hubs, dans un certain nombre de pays. La branche Numérique a affecté 68 millions d'euros au développement de son site laposte en ligne ainsi qu'aux projets liés à la confiance numérique et à la connaissance clients. Enfin, le Groupe a consacré 318 millions d'euros à ses investissements immobiliers et 127 millions d'euros à des achats de véhicules.

Croissance externe

En 2017, 677 millions d'euros (sous déduction de la trésorerie acquise) ont été dédiés à des acquisitions et prises de participation.

Ces acquisitions ont largement concerné la branche GeoPost, qui a concentré 546 millions d'euros, avec notamment les acquisitions de 37,5% des titres composant le capital de la société BRT en Italie et de 77,9% de ceux composant l'ensemble DPD Russie / SPSR. Au sein de la branche Services-Courrier-Colis, 109 millions d'euros ont été employés à des acquisitions, incluant une participation de 52,7% dans le capital d'Asten Santé. Enfin, la branche Numérique a consacré 17 millions d'euros à des acquisitions, notamment une prise de participation majoritaire dans le capital d'Ametix.

Indicateur de santé économique et dette nette

L'indicateur de santé économique (ISE), qui mesure le flux de trésorerie des opérations du Groupe après financement des investissements et rémunération des apporteurs de capitaux (intérêts et dividendes), s'est élevé à 436 millions d'euros, en progression de 202 millions par rapport à 2016. Ce flux excédentaire, couplé à des cessions immobilières (272 millions d'euros) a permis de financer la majeure partie de la croissance externe, limitant la progression de la dette nette à 101 millions d'euros.

Structure financière

La structure financière du Groupe est solide, illustrée par un ratio capitaux propres/dette nette de 0,34 (contre 0,34 au 31 décembre 2016).

Les capitaux propres consolidés part du Groupe s'élèvent à 11 364 millions d'euros, en progression de 447 millions d'euros. Ils intègrent notamment l'enregistrement du résultat net part du Groupe (net des dividendes versés). La dette nette s'établit à 3 820 millions d'euros.

Perspectives 2018

Au titre de 2018, le Groupe La Poste anticipe une croissance modérée de son chiffre d'affaires et une quasi stabilité de son résultat d'exploitation. Les investissements ainsi que les opérations de croissance externe se poursuivront, en soutien au développement des Branches.

Le Groupe La Poste reste totalement mobilisé autour de la mise en œuvre de son plan ambitieux de transformation et entend faire des postières et des postiers les acteurs et les bénéficiaires de sa transformation. Son engagement à être au service des priorités de l'action publique et des collectivités locales et plus globalement à celui de la société tout entière, demeurera intact.

-------------------

Les comptes consolidés du Groupe La Poste sont mis en ligne ce jour sur le site http://legroupe.laposte.fr/finance/publications

RELATIONS PRESSE
Virginie GUEIDIER
Tél : 01 55 44 22 41
virginie.gueidier@laposte.fr
 
Jacques GOURIER
Tél : 01 55 44 22 43
jacques.gourier@laposte.fr
 
 

RELATIONS INVESTISSEURS

Yasmina GALLE

Tél : 01 55 44 17 02

yasmina.galle@laposte.fr

 

[1] Résultat d'exploitation après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint

[2] Indicateur de santé économique = Flux de trésorerie des activités opérationnelles hors banque (1 827 m€) – (achats d'actifs corporels et incorporels hors banque (1 075 m€) + cession de véhicules (18 m€)) – dividendes versés (173 m€) – intérêts nets payés (162 m€). En 2016, les montants étaient respectivement les suivants : 1 448 m€, 917 m€, 21 m€, 174 m€ et 145 m€.

[3] La dette nette du Groupe ne prend pas en compte l'activité bancaire pour laquelle ce concept n'est pas pertinent.

[4] A hauteur de 37.5% pour BRT, 52.7% pour Asten Santé et 70% pour Ametix

[5] Les investissements pris en compte dans la génération de trésorerie sont les investissements hors banque à hauteur de 1 075 millions d'euros (278 millions d'euros ont été investis et financés par La Banque Postale).

[6] Indicateur de santé économique = Flux de trésorerie des activités opérationnelles hors banque (1 827 m€) – (achats d'actifs corporels et incorporels hors banque (1 075 m€) + cession de véhicules (18 m€) – dividendes versés (173 m€) – intérêts nets payés (162 m€). En 2016, les montants étaient respectivement les suivants : 1 448 m€, 917 m€, 21 m€, 174 m€ et 145 m€.

[7] La dette nette du Groupe ne prend pas en compte l'activité bancaire pour laquelle ce concept n'est pas pertinent

[8] Ratio CET1 avec application des mesures transitoires (le ratio fully-loaded s'élève à 13,4 % au 31 décembre 2017).

[9] Hors épargne centralisée à la CDC.

[10] A jours ouvrés équivalents

[11] Hausse rapportée à la base de chiffre d'affaires donnant lieu à trafic

[12] La croissance du chiffre d'affaires de Mediapost (marketing direct) de +37 millions d'euros compense la décroissance du courrier publicitaire adressé

[13] Logistique, e-logistique, transition énergétique et Silver Economie

[14] A jours ouvrés équivalents

[15] GeoPost opère sous les marques DPD, Chronopost, Seur

[16] +7,3% en organique

[17] Rapprochement de Ciloger avec AEW Europe intervenu fin octobre 2016 (effet périmètre : -26 millions d'euros)

[18] Reprise de 69 millions d'euros au 31 décembre 2017 vs reprise de 142 millions d'euros au 31 décembre 2016 soit une variation de -73 millions d'euros

[19] Le 24 octobre 2017, la Commission européenne a estimé que la compensation accordée par la France à La Banque Postale n'excédait pas le coût net occasionné par l'exécution des obligations de service public et était conforme aux règles de l'Union européenne relatives aux aides d'Etat. L'arrêté du 4 décembre 2017 a fixé les montants pour la période 2015 -2020.

[20] Incluant un effet périmètre Probayes de 4m€

[21] Le chiffre d'affaires du Réseau est constitué de la facturation des prestations réalisées pour le compte des branches du Groupe.

[22] Les résultats d'exploitation (Groupe et branches) sont présentés après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

[23] Impacts favorables enregistrés en 2016 : plus-value de 107 millions d'euros comptabilisée par La Banque Postale en contrepartie de la cession des titres Visa Europe et la revalorisation de titres dans le cadre de l'acquisition par GeoPost des 50% restants d'Armadillo (Russie) à hauteur de 60 millions d'euros. Impact favorable enregistré en 2017 : rehaussement de la compensation de la MIG au titre de 2016 à hauteur de 130 millions d'euros

[24] L'année 2017 comptabilise un rehaussement rétroactif de la Mission d'Intérêt Général (MIG) au titre de 2016 et le rehaussement de la MIG pour l'année 2017.

[25] Les investissements pris en compte dans la génération de trésorerie sont les investissements hors banque à hauteur de 1 075 millions d'euros (278 millions d'euros ont été investis et financés par La Banque Postale).