Actusnews Wire - Diffuseur professionnel d'information corporate et réglementée, autorisé par l'AMF et le CSSF.

  Communiqué de la société MADVERTISE du 31/10/2018

  31/10/2018 - 18:00

RÉSULTATS SEMESTRIELS 2018


Madvertise (Euronext Growth - FR0010812230 - ALMNG), l'AdTech française dédiée à la publicité sur mobile, publie ses résultats semestriels 2018 (exercice clos au 30 juin 2018).

(en K€) S1 2017 S1 2018
Chiffres consolidés audités
Chiffre d'affaires 8 979 7 302
Marge brute[1] 3 077 2 418
Taux de marge brute 34,3% 33,1%
Autres revenus 136 93
Autres achats et charges externes (1 019) (1 006)
Frais de personnel (1 998) (2 245)
Autres produits et charges d'exploitation (18) (22)
Impôts et taxes (73) (47)
EBITDA 105 (808)
Dotations aux amortissements et aux provisions nettes de reprises (244) (372)
Résultat d'exploitation (139) (1 180)
Charges et produits financiers (79) (132)
Charges et produits exceptionnels (249) (45)
IS 357 (11)
Amortissement du goodwill (462) (462)
Résultat net (572) (1 831)



Paul Amsellem, Président-Directeur général de Madvertise, commente :

« Le 1er semestre 2018 a été marqué par des investissements dans le cadre du développement de nouveaux produits et de la mise en conformité des solutions avant l'entrée en vigueur du RGPD en mai dernier. Cette nécessaire transition a affecté notre chiffre d'affaires et nos résultats. Nous voyons d'ores et déjà un rebond de notre activité et avons engagé des mesures correctives afin d'améliorer notre structure de coûts dès le 2nd semestre. »



Activité du 1ersemestre 2018

Au 30 juin 2018, le chiffre d'affaires consolidé ressort à 7,3 M€ contre 9,0 M€ un an plus tôt. L'activité de régie (91,5% dans le chiffre d'affaires du groupe) ressort à 6,7 M€, en recul de 17,6%. Ce niveau d'activité traduit un contexte de marché difficile et l'inertie liée au déploiement commercial progressif des nouvelles solutions sur le data, ainsi que la mise en œuvre de la RGPD qui a profondément bouleversé le secteur de la publicité.

Au 1er semestre, la croissance solide enregistrée en Allemagne (+12,0%) grâce au gain de nouveaux contrats d'éditeurs a permis de compenser partiellement le recul de l'activité en France (-22,4%) et en Italie (-56,8%).

En France, sur un marché de plus en plus concurrentiel, les revenus ont été notamment impactés par des réorganisations internes au sein de plusieurs agences clientes liées à la montée en puissance du programmatique, ainsi que par le recentrage de Madvertise sur les éditeurs premium.

En Italie, le recul du chiffre d'affaires s'explique principalement par le non renouvellement d'un contrat important avec un opérateur télécom en passe d'être racheté, ainsi que par l'attentisme général sur ce marché sur la première moitié de l'année en raison des élections législatives.



Retour à un EBITDA positif attendu dès le 2nd semestre 2018

Au 30 juin 2018, le niveau de marge brute[2] demeure robuste, à 33,1% du chiffre d'affaires, malgré un léger recul par rapport à la même période l'an passé (34,3%).

Au 1er semestre, Madvertise a fortement investi dans le développement de nouveaux produits (lancement d'une solution SSP propriétaire, création de nouveaux emplacements natifs sur-mesure, etc.) et la conquête de nouveaux segments, notamment la data, l'un de ses axes de développement prioritaires. La société s'est également attachée à la mise à jour de son SDK publicitaire afin de rendre son inventaire compatible avec le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données)[3], entré en vigueur en Europe en mai dernier.

Ces investissements se sont traduits dans les charges d'exploitation, principalement au niveau des frais de personnel qui intègrent les recrutements effectués en vue d'accompagner le déploiement des nouvelles offres. Au 30 juin 2018, l'EBITDA de Madvertise ressort ainsi à -808 k€.

En tenant compte des dotations aux provisions et amortissements (-372 k€ liés à la montée en puissance des investissements de R&D engagés l'an dernier), le résultat d'exploitation ressort à -1 180 k€ contre -139 k€ à la même période l'an passé.

Après prise en compte des charges exceptionnelles (en recul en raison d'une moindre exposition aux contrats assortis de minimum garantis), et d'une charge d'IS de 11 k€ (contre un produit de 357 k€ l'an dernier lié à la récupération de Crédit Impôt Recherche sur les exercices antérieurs), les pertes nettes semestrielles ressortent à -1 831 k€.

Madvertise a d'ores et déjà mis en place un plan d'optimisation de ses coûts, principalement au travers d'une réorganisation des équipes et de l'amélioration des outils de gestion. La société entend également appliquer les leviers qui ont déjà fait leurs preuves en Allemagne, en particulier la « premiumisation » des offres, et harmoniser les process à la France et à l'Italie afin d'améliorer la rentabilité sur ces zones. L'ensemble de ces mesures doit conduire au retour à un Ebitda positif dès le 2nd semestre 2018



Situation bilancielle au 30 juin 2018

Au 30 juin 2018, les flux de trésorerie d'exploitation atteignent 377 k€, contre -663 k€ un an plus tôt.

La trésorerie brute[4] ressort à 506 k€, en hausse de 190 k€ par rapport à fin décembre 2017, et la trésorerie nette s'élève à 150 k€ (contre -180 k€ au 31 décembre 2017).

L'endettement financier net s'établissait à 1 165 k€ au 30 juin 2018 (contre 1 494 k€ au 31 décembre 2017), pour des capitaux propres consolidés de -1 987 k€.



Perspectives encourageantes

Compte tenu du dynamisme de l'activité constaté depuis juillet, matérialisé récemment par la prise en régie des espaces publicitaires digitaux de Le Point, premier news magazine en France[5], et de l'enrichissement de son offre afin de conquérir de nouveaux segments à fort potentiel comme la data, Madvertise entend renouer rapidement avec la croissance.

Si la data (géolocalisation, publicité contextuelle) reste son axe de développement prioritaire, la société s'appuiera également sur de nouveaux relais de croissance, notamment sur le lancement prochain d'une offre vidéo pour laquelle des partenariats commerciaux sont actuellement en cours d'étude.

Elle poursuivra également son déploiement en Allemagne à travers son offre de marketing à la performance.

En parallèle, Madvertise, à travers la poursuite de sa politique d'optimisation des coûts, vise un retour à la rentabilité opérationnelle au 2nd semestre, sans toutefois confirmer à ce stade son objectif de croissance rentable sur l'ensemble de l'exercice 2018.



Mise à disposition du rapport financier semestriel

Les états financiers de Madvertise pour le premier semestre 2018 ont été validés par le Conseil d'administration lors de sa réunion du 30 octobre 2018. Les Commissaires aux comptes de Madvertise ont achevé leur examen limité des informations financières de la société. Le rapport semestriel est à présent accessible au public. Il peut être téléchargé depuis la rubrique « Investisseurs », section « Rapports financiers » du site internet de Madvertise www.madvertise.com/investisseurs.



A propos de Madvertise

Fondée en 2011 et présidée par Paul Amsellem, Madvertise est la régie mobile indépendante de référence sur le segment Premium en France. La société a développé une technologie propriétaire permettant d'optimiser et de maximiser la visibilité des annonceurs et les revenus des éditeurs. Présente dans 7 pays (France, Allemagne, Italie, Espagne, Angleterre, Autriche, Suisse), elle figure parmi les leaders de son secteur en Europe avec une audience de 51 millions de visiteurs uniques et plus de 200 éditeurs premium à son actif. Madvertise intègre également une agence de conseil et de design pour la conception d'applications et de sites mobile.

Madvertise est coté sur Euronext Growth Paris (FR0010812230 – ALMNG).

Plus d'informations sur www.madvertise.com



Contacts

ACTUS finance & communication
Caroline LESAGE – Relations investisseurs
01 53 67 36 79
madvertise@actus.fr
ACTUS finance & communication
Vivien FERRAN – Relations presse
01 53 67 36 34
vferran@actus.fr

[1] Les 3 213 k€ publiés au S1 2017 incluaient les autres revenus (136 k€), correspondant à des subventions et à la production immobilisée.

[2] Marge brute = chiffre d'affaires – achats liés à la sous-traitance

[3] Nouveau cadre européen concernant le traitement et la circulation des données à caractère personnel. Le texte a été voté en 2016 et est entré en vigueur dans l'Union européenne le 25 mai 2018.

[4] Trésorerie brute = valeurs mobilières de placement + disponibilités

[5] 6,9 millions de visiteurs uniques par mois