Actusnews Wire - Diffuseur professionnel d'information corporate et réglementée, autorisé par l'AMF et le CSSF.

  Communiqué de la société LA POSTE du 31/07/2019

  31/07/2019 - 18:45

Le Groupe La Poste - résultats semestriels 2019


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, le 31 juillet 2019

Résultats DU PREMIER SEMESTRE 2019 du groupe la poste

Des avancées stratégiques majeures pour la transformation du modèle d'activité du Groupe

Progression des revenus mais des résultats financiers marqués par l'impact des taux bas et la poursuite de la baisse des volumes du courrier

[1] annoncée ce jour dans BRT, le leader italien du colis-express. Le Groupe poursuit également son programme d'investissement en faveur de la diversification et du développement de tous ses métiers. »

Informations financières résumées au 30 juin 2019

Le premier semestre de l'année 2019 a été marqué par l'entrée en vigueur de la norme IFRS 16 relative aux contrats de location, applicable au 1er janvier 2019. Le Groupe La Poste applique cette norme suivant la méthode de transition dite « rétrospective modifiée » :
elle se traduit par la comptabilisation à l'actif d'un droit d'utilisation amorti sur la durée du contrat et la comptabilisation au passif d'une dette de location égale aux loyers résiduels actualisés.

La norme n'autorise pas le retraitement de l'exercice comparatif 2018 (en cas d'application de la méthode de transition rétrospective modifiée).

Les informations financières du premier semestre 2019 présentent donc l'impact estimé de la norme IFRS 16 sur l'exercice 2019 et permettent ainsi la comparaison entre les deux exercices 2018 et 2019 hors cet effet normatif.

L'ensemble des variations commentées et expliquées dans ce communiqué s'entendent hors IFRS 16.

(En millions d'euros)
Performance opérationnelle
 
30/06/2019
 
 
 
Impact IFRS 16 2019*
 
30/06/2019
Hors impact IFRS 16*
30/06/2018
 
Variation
vs n-1
(hors IFRS 16)
vs n-1 à périmètre et change constants
(hors IFRS 16)
en M€   en M€ en % en M€ en %
Produits opérationnels 12 795 +0 12 795 12 246 +549 +4,5% +114 +0,9%
Résultat d'exploitation
(après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint)
 
572 +35 538 806 -268 -33,3% -279 -34,7%
Marge opérationnelle 4,5% - 4,2% 6,6% - -2,4pt - -2,3pt
Résultat financier -124 -34 -90 -92 +2 -2,5% - -
Impôt sur le résultat -108 -0 -108 -200 +92 -45,9% - -
Résultat net part du Groupe 474 +0 474 636 -162 -25,5% -168 -26,4%
Marge nette 3,7% - 3,7% 5,2% - -1,5pt - -1,4pt
 
Structure financière
 
30/06/2019
     
31/12/2018
       
Dette nette (DN) 6 231 2 534 3 696 3 442 +254 +7,4% - -
Capitaux propres part du Groupe (CP)
 
12 451 -149 12 600 12 014 +586 +4,9% - -
DN/CP 50,0% - - 28,7% - +0,7pt - -
 
Ratios clés de La Banque Postale
               
Ratio Common Equity Tier One[2] 12,7% - - 11,7% - +1,0pt - -
Ratio “Crédits / Dépôts”[3] 85%   - 86% - -1,2pt - -

*Impact estimé

Produits opérationnels

(En millions d'euros) 30/06/2019 30/06/2018 proforma*  Variation
Publiée A périmètre et change
constants
         
Services-Courrier-Colis 6 122 5 771 +6,1% -1,3%
GeoPost 3 730 3 478 +7,2% +7,3%
La Banque Postale 2 850 2 926 -2,6% -2,6%
Numérique 339 313 +8,4% +4,6%
Autres secteurs et intercos -245 -241 +1,7% +0,5%
PRODUITS OPERATIONNELS 12 795 12 246 +4,5% +0,9%

*Le proforma concerne des reclassements sectoriels entre les branches Services-Courrier-Colis, GeoPost et Numérique

Les produits opérationnels consolidés du Groupe La Poste s'établissent à 12 795 millions d'euros, en progression de 549 millions d'euros, soit +4,5% (+0,9% à périmètre et change constants) avec une évolution contrastée entre les branches. L'effet périmètre (+436 millions d'euros) est concentré au sein de la branche Services-Courrier-Colis (+425 millions d'euros) principalement grâce à l'intégration d'Asendia mais aussi à la poursuite des acquisitions dans la Silver économie, et dans une moindre mesure au sein de la branche Numérique. L'effet change est négligeable (-2 millions d'euros).

Résultat d'exploitation[4]

(En millions d'euros) 30/06/2019 Impact
IFRS 16 2019**
30/06/2019
Hors impact IFRS 16**
30/06/2018
(proforma*)

Variation

vs n-1
(Hors IFRS 16)


 

vs n-1
à périmètre et change constants (Hors IFRS 16)
    en M€   en M€ en % en M€ en %
Services-Courrier-Colis 289 +4 285 376 -90 -24,0% -99 -26,2%
GeoPost 193 +21 172 186 -14 -7,5% -15 -8,0%
La Banque Postale 492 -0 492 546 -54 -9,9% -54 -9,9%
Numérique -5 +0 -6 -1 -5 n.s -6 n.s
Réseau, autres secteurs et intercos -397 +9 -407 -301 -105 +34,9% -106 +35,1%
RESULTAT D'EXPLOITATION 572 +35 538 806 -268 -33,3% -279 -34,7%

*Le proforma concerne des reclassements sectoriels entre les branches Services-Courrier-Colis, GeoPost et Numérique

**Impact estimé

Le résultat d'exploitation consolidé du Groupe atteint 572 millions d'euros, en repli de 268 millions d'euros, soit -33,3% (-34,7% à périmètre et change constants[5]). Il convient de noter que le premier semestre 2018 avait enregistré le résultat de cession d'un site immobilier[6] pour 168 millions d'euros et que le premier semestre 2019 intègre l'incidence des mesures gouvernementales intervenues fin 2018 (plafonnement des commissions bancaires ayant un impact de 39 millions d'euros).

Hors ces éléments, l'évolution du résultat d'exploitation reflète la baisse du chiffre d'affaires des activités traditionnelles de courrier et du PNB de la Banque, ainsi que la pression sur les coûts de sous-traitance et de transport dans le domaine de l'Express en Europe dans le prolongement de l'année 2018. Cela a conduit le Groupe à engager un plan d'économies de coûts de l'ordre de 300 millions d'euros au titre des années 2019 et 2020.

Résultat net

Le résultat net part du Groupe atteint 474 millions d'euros, en repli de 25,5% (-26,4% à périmètre et change constants). Cette évolution s'explique principalement par le repli du résultat d'exploitation et dans une moindre mesure par la baisse du résultat financier qui atteint -124 millions d'euros (-92 millions d'euros au premier semestre 2018) en lien avec l'entrée en application de la norme IFRS 16.

A noter un moindre impôt sur le résultat de -108 millions d'euros (à comparer à
-200 millions d'euros au premier semestre 2018), lié à la baisse du résultat courant avant impôt et à la baisse du taux d'impôt applicable au Groupe (32,02% versus 34,43%).

La quote-part de résultat des entreprises mises en équivalence est quasi-stable et s'établit à 143 millions d'euros (142 millions d'euros au premier semestre 2018) ; elle comprend essentiellement CNP Assurances (20,15%), et dans une moindre mesure BRT (37,5%) et Ninja Van (32,3%).

Dette nette et structure financière

Le Free Cash-Flow atteint 132 millions d'euros (vs 250 millions d'euros au 30 juin 2018). Cette évolution est essentiellement liée à une dégradation du BFR ainsi qu'à l'absence de cession immobilière significative sur la période.

La dette nette augmente de 2 789 millions d'euros à 6 231 millions d'euros. Cette variation est induite principalement par l'entrée en application de la norme IFRS 16, qui aboutit à la comptabilisation au passif du bilan d'une dette de location égale aux loyers résiduels actualisés (montant additionnel de 2 534 millions d'euros). Hors cet effet, la dette augmente de 254 millions d'euros.

Les capitaux propres consolidés part du Groupe s'élèvent à 12 451 millions d'euros, en progression de 437 millions d'euros, dont un impact IFRS 16 de -149 millions d'euros.

En conséquence, le ratio dette nette/capitaux propres s'établit à 0,50 (le ratio 2018, qui n'intégrait pas l'impact IFRS 16, s'élevait à 0,29).

Notation

Les notations de La Poste sont restées identiques au cours du semestre :

  Notation long et court terme Perspective Date de mise à jour
Standard & Poor's A / A-1 Positive 30/10/2018
Fitch A+ / F1 Stable 11/09/2018

Par Branche

Services-Courrier-Colis

Le chiffre d'affaires de la branche Services-Courrier-Colis s'inscrit à 6 122 millions d'euros en hausse de 351 millions d'euros, soit +6,1% (-1,3% à périmètre et change constants). L'effet périmètre et change de 426 millions d'euros est lié essentiellement à l'intégration au cours du second semestre 2018 d'Asendia et dans une moindre mesure à celle de Diadom (pôle Silver Economie). La performance de +6,1% provient de l'addition de plusieurs éléments :

  • Le recul de 4,3% du chiffre d'affaires du Courrier à 4 288 millions d'euros. L'activité est marquée par la baisse de 7,5%[7] des volumes de courrier adressé (-367 millions d'euros) liée à la rationalisation croissante des envois des secteurs bancaires et publics et des opérateurs de téléphonie. Cet effet est partiellement compensé par l'augmentation tarifaire intervenue au 1er janvier 2019 à hauteur de 4,9% en moyenne (+180 millions d'euros), la croissance des flux internationaux de petits paquets essentiellement import (+13 millions d'euros) et un effet élections européennes (+22 millions d'euros).
  • La hausse de 4,2% des revenus du Colis (+35 millions d'euros) à 884 millions d'euros qui bénéficient d'une activité soutenue en matière de flux (volumes en hausse de 9,6%7 à 168 millions d'objets), portés par la croissance du e-commerce et notamment des flux BtoC, et le développement des livraisons hors domicile et des flux de retours.
  • La croissance des Services de proximité, grâce aux activités Silver Economie[8]
    (+19 millions d'euros dont un effet périmètre de 18 millions d'euros) et aux nouveaux services[9] (+6 millions d'euros). Les autres activités connaissent des évolutions contrastées avec une progression des activités de courrier publicitaire (+10 millions d'euros), et un retrait de celles de logistique (-7 millions d'euros).

    Le résultat d'exploitation de la branche Services-Courrier-Colis est en repli de 24,0% à 289 millions d'euros (-26,2% à périmètre et change constants). Cette baisse est largement imputable à celle du courrier traditionnel, que ne compensent pas la progression du résultat d'exploitation du colis et la contribution positive des nouvelles activités et acquisitions.

    GeoPost

    Le chiffre d'affaires de GeoPost[10] augmente de 252 millions d'euros à 3 730 millions d'euros, soit +7,2% (+7,3% à périmètre et change constants). GeoPost a mis en place une politique de hausses tarifaires dans certains pays, qui soutient le chiffre d'affaires, la croissance des volumes s'étant inscrite à +2,3%[11] (638 millions de colis) avec une part du BtoC qui représente désormais 44% des volumes totaux. À noter par ailleurs l'impact positif des surcharges appliquées au 1er janvier 2019 (+35 millions d'euros). La majeure partie des zones géographiques connaît une évolution positive de son chiffre d'affaires organique notamment le Royaume-Uni (+6,4%), l'Allemagne (+5,9%) et la France (+ 5,8%).

    Le résultat d'exploitation de GeoPost baisse de 7,5% (-8,0% à périmètre et change constants) à 193 millions d'euros. Cette évolution tient essentiellement à un contexte européen marqué par le Brexit et aux tensions sur les coûts de sous-traitance observées dans certains pays.

    GeoPost poursuit ses opérations de croissance externe et annonce ce jour la conclusion d'un accord avec les actionnaires de BRT (dont GeoPost détient déjà 37,5% depuis 2017) l'autorisant, sous réserve de l'accord des autorités de la concurrence, à prendre la majorité dans BRT, le leader du colis-express en Italie.

    La Banque Postale

    La Banque Postale enregistre un Produit Net Bancaire (PNB) de 2 850 millions d'euros, en repli de 2,6% (-3,0% après retraitement de la provision épargne logement[12]).

  • Banque de détail :

    Le maintien des taux d'intérêt à un niveau extrêmement bas (voire négatif) a pesé sur le PNB de la banque de détail qui s'établit à 2 596 millions d'euros en repli de 4,1%
    (-4,6% hors provision épargne logement). La marge nette d'intérêts retraitée de la provision épargne logement recule de 6,0%, tandis que les commissions sont en baisse de 2,1%, impactées par les engagements pris par La Banque Postale de plafonner les frais d'incidents bancaires dans le sillage des mesures gouvernementales prises fin 2018 (dont l'impact s'élève à 39 millions d'euros). 

    Pour autant, l'activité commerciale demeure solide : les encours de crédit continuent de progresser (+14,5%, dont +36,3% sur le segment du crédit aux personnes morales, +3,2% sur celui du crédit à la consommation et +4,7% sur celui du crédit immobilier) tout comme les encours d'épargne (+1,9%), marqués par une progression des encours d'épargne ordinaire et des dépôts à vue d'une part et la quasi-stabilité des encours d'épargne financière d'autre part. Quant aux encours de la filiale BPE, ils progressent de 9,6% et traduisent le renforcement de l'expertise de la Banque auprès des clients patrimoniaux.

  • Le PNB du pôle Gestion d'actifs est stable à 74 millions d'euros. Les encours sont en progression (+2,6%) à 230 milliards d'euros sur la période.
  • Enfin, le PNB du pôle Assurance augmente de 24,2% à 180 millions d'euros, soutenu par un portefeuille de contrats d'assurance non vie en hausse de 0,4%, et notamment la dynamique commerciale du segment IARD (contrats en hausse de 3,8%).

    La contribution de La Banque Postale au résultat d'exploitation du Groupe recule de 9,9% à 492 millions d'euros. Les efforts de maîtrise des charges se traduisent par une diminution des frais de gestion de 0,6%, mais ils ne permettent pas de compenser totalement la baisse du PNB. En conséquence, le coefficient d'exploitation atteint 83,2%. Le coût du risque s'élève à 41 millions d'euros (à comparer à 49 millions d'euros au premier semestre 2018) : rapporté aux encours, il demeure au niveau très bas de 7 points de base[13], malgré la croissance des encours de crédit et plus particulièrement des activités auprès des personnes morales.

    Numérique

    Le chiffre d'affaires de la branche Numérique augmente de 8,4% à 339 millions d'euros (+4,6% à périmètre[14] constant).

    Le chiffre d'affaires réalisé par le pôle « Activités commerciales » croît de 7,6% à 306 millions d'euros, via les filiales Docaposte, Mediapost Communication et le portail de e-commerce laposte.fr. Plus particulièrement, les revenus de Docaposte progressent de 6,3% à 261 millions d'euros grâce au développement de ses activités digitales et aux acquisitions de Voxaly et Brains. Le chiffre d'affaires de Mediapost Communication, dont les activités sont désormais organisées[15] autour de la data et l'intelligence artificielle augmente de 20,2% à 19 millions d'euros, incluant l'acquisition de Marketshot. Enfin les ventes du site commercial laposte.fr progressent de 9,2%.

    Par ailleurs, la branche porte, dans son pôle « Transformation et Innovation », les investissements et charges liés aux projets numériques du Groupe et des autres branches, en progression sur le semestre avec le développement des projets transverses et de l'activité « confiance numérique ». À noter la hausse du nombre de clients Digiposte (3,5 millions, en hausse de 32%).

    Le résultat d'exploitation de la branche Numérique s'inscrit à -5 millions d'euros, en repli de 5 millions d'euros, en raison de la montée en charge des projets et du développement des nouvelles activités ainsi que des coûts associés à la sécurisation des plateformes et à la mise en conformité réglementaires (notamment RGPD[16]).

    Le Réseau

    Dans un environnement de plus en plus multicanal, le Réseau continue d'adapter ses formats de présence. Il a ainsi installé 143 nouveaux « La Poste Relais Urbain » sur le 1er semestre 2019 et consolidé la prise en charge des citoyens au sein des 501 Maisons de Services au Public, déjà installées depuis 2017. Dans ce contexte, le niveau de satisfaction globale des clients reste élevé. La transformation du Réseau contribue ainsi positivement à la maîtrise des charges du Groupe La Poste. Par ailleurs, le dynamisme commercial du Réseau est soutenu, porté notamment par l'activité des conseillers bancaires et par le développement des activités des services courrier-colis auprès des clients professionnels.

    La Poste Mobile[17] a réussi, dans un marché très concurrentiel, à conquérir 307 000 nouveaux clients (y compris prépayés), dont 256 000 nouveaux abonnés sur le semestre, (85 000 ventes nettes d'abonnements). Elle dispose désormais d'un parc total de 1,6 million de clients, en progression de 6%.

    Autres secteurs

    Les « autres secteurs et intercos » comprennent l'Immobilier et les supports et structures, essentiellement internes au Groupe.

    Des résultats des branches sont déduits ceux des autres secteurs pour obtenir le résultat d'exploitation consolidé du Groupe :

  • Le résultat des charges non affectées (-323 millions d'euros) comprend les coûts nets de la présence postale (-250 millions d'euros) ;
  • Le résultat des fonctions Supports et Services de Siège (-73 millions d'euros) ;
  • Le résultat de l'Immobilier (34 millions d'euros) en repli de 159 millions d'euros en raison de l'impact au premier semestre 2018 du résultat de cession de 168 millions d'euros lié à la cession d'un site immobilier[18].

Rapprochement de La Poste et de la Caisse des Dépôts : étapes-clés franchies pour la création du grand pôle financier public

Plusieurs étapes-clés ont été franchies depuis le début de l'année 2019 dans le cadre du projet de création d'un grand pôle financier public impliquant l'Etat, la Caisse des Dépôts, La Poste, La Banque Postale et CNP Assurances.

  • Le 22 mai, la loi PACTE a été promulguée permettant désormais à la Caisse des Dépôts de devenir l'actionnaire majoritaire de La Poste ;
  • Le 4 juin, le groupe BPCE et La Banque Postale ont annoncé avoir engagé des discussions en vue d'approfondir et étendre leur partenariat industriel, à l'occasion de la constitution du grand pôle public de bancassurance. Un projet de rapprochement des activités de gestion de taux euro, principalement assurantielle, au sein d'une plateforme commune a été annoncé de même qu'une extension de 8 ans des accords entre BPCE / Natixis et CNP Assurances portant sur l'ADE[19], la prévoyance et la santé, jusqu'au 31 décembre 2030 ;
  • Le 11 juin, l'Etat, la Caisse des Dépôts, La Poste et La Banque Postale ont signé un protocole d'accord non engageant autour du projet de création d'un grand pôle financier public. Sa mise en œuvre serait réalisée par voie d‘apport par l'Etat et la Caisse des Dépôts à La Poste, puis par celle-ci à La Banque Postale, de leurs participations respectives de 1,11% et 40,87% au sein de CNP Assurances. Au terme de cette opération, La Poste serait détenue majoritairement par la Caisse des Dépôts. La participation de La Banque Postale au capital de CNP Assurances, dont le modèle multi-partenarial est réaffirmé dans le cadre de ce projet, passerait ainsi à 62,13% ;
  • Le 25 juin, La Banque Postale a obtenu de l'Autorité des marchés financiers une dérogation à l'obligation de déposer une Offre Publique d'Achat (OPA) sur les titres de CNP Assurances ; cette dérogation est purgée de tout recours depuis le 8 juillet 2019 ;
  • Le 26 juin, La Banque Postale a dénoncé le pacte relatif à CNP Assurances conclu le
    2 septembre 1998 avec la Caisse des Dépôts, l'Etat, La Poste et BPCE. Ce pacte cessera d'être en vigueur à compter du 1er janvier 2020 et un nouveau pacte d'actionnaires entre la Caisse des Dépôts, La Poste, la Banque Postale et l'Etat prendra effet dès le 1er janvier 2020, aux termes duquel les droits et obligations des parties seront identiques à ceux qu'elles avaient dans l'ancien pacte. Ce pacte restera en vigueur jusqu'à la réalisation des opérations, un concert perdurant entre les parties au nouveau pacte ;
  • Le 26 juillet, le groupe BPCE et La Banque Postale ont confirmé avoir avancé dans leurs discussions visant à étendre leur partenariat industriel, avec un objectif de réalisation au cours du 1er semestre 2020. En outre, BPCE et La Banque Postale concluraient un nouveau pacte d'actionnaires relatif à CNP Assurances, en leur qualité d'actionnaires stables de la société, détenant respectivement 16,11% et 62,13% du capital ;
  • Le 31 juillet, le protocole d'accord engageant qui permettra la création du grand pôle financier public a été signé par l'ensemble des parties : l'Etat, la Caisse des Dépôts,
    La Poste et La Banque Postale.

Le bon achèvement des procédures d'information ou de consultation des instances représentatives du personnel des différentes entités est réalisé.

A ce jour, la concrétisation de ce projet reste conditionnée à l'obtention des autorisations réglementaires auprès des autorités compétentes.

Perspectives 2019

Dans un contexte macroéconomique adverse, Le Groupe La Poste s'attend pour l'ensemble de l'année à une croissance organique modérée de son chiffre d'affaires, et cherchera au second semestre 2019 et en 2020 à soutenir ses résultats économiques et financiers et préserver sa capacité d'investissement en déployant un programme d'économies transverse au Groupe de 300 millions d'euros, principalement sur les frais de siège et de structure, assorti d'une politique de priorisation renforcée des investissements (impact de -100 millions d'euros).

Le second semestre sera également celui de la concrétisation d'étapes majeures du plan stratégique du groupe annoncées au premier semestre :

  • le rapprochement avec la Caisse des Dépôts autour d'un projet industriel commun au service des Français et des territoires ;
  • le rapprochement entre La Banque Postale et CNP Assurances ;
  • la prise de la majorité dans BRT, le leader du colis-express en Italie.

    La réalisation effective de ces projets devrait avoir lieu au cours du premier semestre 2020.

    -------------------

    Le rapport financier semestriel du Groupe La Poste est mis en ligne ce jour sur le site https://www.groupelaposte.com / nos informations financières / publications

RELATIONS PRESSE
Virginie GUEIDIER
Tél : 01 55 44 22 41
virginie.gueidier@laposte.fr
 
 

RELATIONS INVESTISSEURS

Yasmina GALLE

Tél : 01 55 44 17 02

yasmina.galle@laposte.fr


* Free Cash-flow = Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles hors variation des provisions sur actif circulants et créances irrécouvrables + provisions RH (hors dispositifs de fin de carrière) - Capex nets de cessions - intérêts financiers nets versés - remboursement d'emprunts et charges financières sur locations financement

[1] Sous réserve de l'accord des autorités de concurrence

[2] Ratio CET1 fully loaded

[3] Hors épargne centralisée à la Caisse des Dépôts

[4] Les résultats d'exploitation (Groupe et branches) sont présentés après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

[5] Effet change de 0 million d'euros

[6] Site immobilier La Boétie situé à Paris

[7] A jours ouvrés équivalents

[8] Sociétés Tikeasy, Axeo, Asten Santé et Diadom

[9] Services déployés par les filiales (Geoptis, Recygo, Mobigreen, Nouvelle attitude)

[10] GeoPost opère sous les marques DPD, Chronopost, Seur

[11] +2,2% en croissance organique

[12] Reprise de 28 millions d'euros au 30/06/2019 vs reprise de 17 millions d'euros au 30/06/2018 soit une variation de +12 millions d'euros

[13] Coût du risque de crédit de la banque commerciale rapporté aux encours de début de période

[14] Voxaly, Brains, Marketshot, Société et Médiaprisme BE

[15] Les activités de marketing publicitaire ont été transférées à la branche Services-Courrier-Colis au 1er janvier 2019

[16] Règlement Général sur la Protection des Données

[17] La Poste Mobile est la marque opérée par La Poste Telecom, joint-venture détenue à 51 % par Le Groupe La Poste et à 49 % par SFR.

[18] Site immobilier La Boétie situé à Paris

[19] Assurance Des Emprunteurs



  Original Source : LA POSTE